Entretien : Mahdi Nasra (scénariste de Noujoum Ellil 1 et 2) : «Les portes sont ouvertes aux jeunes talents»





L’appel à la prière et à la rupture du jeûne par ce 9 septembre 2009 avait un goût spécial pour les téléspectateurs tunisiens. Habitués, en effet, à un genre particulier de feuilletons produits et diffusés sur la chaîne publique, les Tunisiens font ce soir-là la découverte d’un nouveau genre de drame télévisuel, une série intitulée : «Noujoum Ellil» (Les étoiles de la nuit) produite et diffusée sur Hannibal TV. Ce fut la découverte d’une nouvelle tendance en matière d’écriture scénographique et de mise en scène respectivement de Mehdi Nasra et de Madih Belaid. Inconnu jusque là par le grand public, ce duo saura gagner les coeurs des Tunisiens qui auront les yeux braqués tout au long du mois Saint sur Hannibal TV pour suivre «Les étoiles de la nuit».
Le succès appelle le succès, les Tunisiens auront cette année leur «Noujoum Ellil 2» et puisqu’on ne change pas une équipe qui gagne et qui fait plaisir au public, le fondateur de la chaîne M.Arbi Nasra a renouvelé sa confiance en la société Tuniprod, dirigée par M. Mehdi Nasra pour produire la deuxième partie de ce feuilleton.
Le Quotidien a interviewé le scénariste et le directeur de Tuniprod à propos de cette production.
Noujoum Ellil a été la bonne surprise du mois de ramadan 2009 pour les télespectateurs tunisiens.Pourquoi, justement, ce titre?
Lorsque toutes les issues sont fermées, lorsque le rêve n’est plus permis, lorsqu’il n’y a plus de solutions, lorsqu’on est seul. il ne reste que les étoiles à admirer et s’en inspirer pour s’en sortir. Elles constituent un refuge pour les riches comme pour les pauvres quand sur la terre, il n y a plus de refuge.
Justement, quel rapport avec les sujets traités par le feuilleton?
Sans prétention aucune, nous avons révélé au grand public une multitude de maux dont souffre la société tunisienne sans tomber dans le piège du sentationnel et de la vulgarité.
Nous avons tenté de faire l’autopsie sociologigue de certains phénomènes et fléaux qui affectent le tissu social comme la drogue, la délinquance, les répercussions du divorce, l’alcoolisme et les relations extra-conjugales.
De ce fait, chacun des personnages a sombré, à un moment ou à un autre dans le désespoir. Du coup, c’est vers les étoiles qu’ils lèvent les yeux pour s’y réfugier et tenter de s’en sortir.
Tuniprod appartient au groupe Hannibal TV. Peut-on dire que la chaîne s’oriente vers la production à grande échelle?
Sous la direction de M. Arbi Nasra qui n’a jamais lésiné sur les moyens pour que la chaîne offre au public une matière télévisuelle de qualité, nous avons longuement discuté avant de nous lancer dans l’écriture de la deuxième partie du feuilleton afin qu’elle soit d’un niveau meilleur que celui de l’an dernier. D’ailleurs, nous réservons à nos téléspectateurs d’agréables moments à vivre avec les héros du feuilleton.
Bien évidemment, en plus des stars qui ont participé à la première partie, d’autres vont faire leur apparition et ce sont en majorité des jeunes. Car, notre philosophie qui est inspirée de celle de M. Arbi Nasra, le fondateur de la chaîne, consiste à parier sur les jeunes en leur accordant leur chance pour faire valoir leur talent et leur savoir faire.
S’il y a un appel à lancer, pour qui et pourquoi?
Tout naturellement aux jeunes talents. Les portes de la chaînes, et ce sont là les directives du Président Directeur Général, M. Arbi Nasra, leur ont ouvertes ainsi que Tuniprod pour présenter leurs projets et les réaliser dans une ambiance et un climat favorables à la création.


Interview dirigée par Habib Missaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com