A.S.A. : La relégation en D.H.: Une conséquence logique





Pour avoir œuvré pendant plusieurs saisons à l’ASA, Rafik Rouissi porte un jugement objectif sur la situation actuelle et évoque les raisons de la relégation en Division d’Honneur.
Détenteur du diplôme de troisième degré d’entraîneur de football, Rafik Rouissi, malgré son jeune âge, a déjà œuvre au ST, au CA et à l’ASM. Chez les premiers, il a fait l’entraîneur des jeunes pour remporter la Coupe de la Ligue juniors en 2009, chez le second, il a dirigé les Cadets A et B durant deux ans et chez les Arianais, il a été l’entraîneur-adjoint, le Directeur technique des jeunes, le coach des Espoirs en 2004-2005 et des Seniors en 2005-2006 et lors de cette saison DT des jeunes puis collaborateur de Ali Ben Neji chez les Seniors. Malheureusement, cette dernière expérience a débouché sur une rétrogradation de la Ligue 3 à la division d’honneur. Les raisons de l’échec ? Pour Rafik Rouissi, elles sont multiples: «Il y a lieu d’abord d’évoquer les limites de l’effectif et des moyens financiers qui paraissent nuls ou presque. Ensuite, le bureau directeur n’a rien fait lors du Mercato d’hiver pour renforcer l’équipe. A signaler à ce propos que nous avons œuvré avec les jeunes qui représentent les 50% de l’effectif», devait-il nous déclarer.
Mais, quelles étaient les ambitions de l’AS Ariana à l’orée de la saison ? Selon Rafik Rouissi: «Le BD avait au départ l’objet suivant: accéder en L2. C’était bien beau, mais rien n’a été fait pour atteindre. En cours de route, les ambitions ont été revues à la baisse et on a alors lorgné vers le maintien. Un revirement total qui démontre bien la manière avec laquelle on gère le club».
Voilà une situation qui ne laisse personne indifférent à l’Ariana. Rouissi, lui, n’a pas manqué de manifester son étonnement: «Pourtant, quand j’ai quitté l’ASA la dernière fois, j’ai laissé les Maghzaoui, Matar Bacha, Tarhouni etc… Tout ce beau monde est parti et l’effectif compte actuellement des joueurs limité techniquement dans leur majorité. C’est dire que la relégation est une conséquence logique au travail fourni et aux moyens servis. Cette année on était obligés de travailler avec les moyens du bord: Ben Amara et Latrach étaient blessés, les joueurs et souffrent de mauvaises conditions sociales et financières précaires. Seul Khraïfi a constitué la surprise de la saison».
Mais face à cette situation, une réaction urge pour que l’AS retrouve au plus vite le rang qui lui sied, entendez une place en L2.
Rafik Rouissi propose: «Il faut œuvrer une refonte totale, compter sur les jeunes du club, renforcer les Seniors, améliorer l’infrastructure et effectuer surtout une programmation claire et bien choisir les hommes capables d’assurer à l’ASA l’ascension vers les premières classes».
Tel a été le bilan effectué par un technicien qui maîtrise bien la situation de l’AS Ariana pour l’avoir dirigée à travers des différentes catégories. La balle est dans le camp des responsables arianais: Ils doivent choisir dès maintenant: retrouver leur lustre d’antan ou végéter dans les profondeurs du foot national.


Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com