E.S.T. : La force tranquille





L’EST nage en pleine euphorie. Après le titre de champion de Tunisie, elle se qualifie à la phase de poules de la ligue des champions d’Afrique. Fruits du talent, de l’humilité et de la maturité.
Voilà deux objectifs majeurs de la saison 2009-2010 atteints avec panache et sans réelles souffrances. C’est dire que le club sang et or s’adapte bien aux grands projets. Habituée aux premières loges dans le championnat local (trois titres pour les six dernières années), l’Espérance a pris goût aux sacres et a appris à se relever très vite après les accidents de parcours.
Après le titre de la saison écoulée, Hamdi Meddeb, le premier responsable du club, a visé à l’orée de cette saison, le passage à la Ligue des champions, avec si possible un nouveau titre de champion de Tunisie.
Il ne peut être qu’heureux aujourd’hui. Il n’a jamais lésiné sur les moyens. Il a toujours cru en sa bonne étoile et en ses joueurs.
L’arrivée cette saison de Naouara, Afful, Ben Youssef, Roger, Traoui, Ben Amor et Ayari a renforcé l’effectif et a offert plus de choix à Benzarti. Et le résultat ne s’est pas fait attendre: un titre de champion de Tunisie remporté avant terme, une attaque qui arrive à marquer 55 buts au championnat, un meilleur buteur, Eneramo, un meilleur joueur 2009, Darragi et une qualification en phase de poule de la ligue des champions d’Afrique. Excusez du peu.
Sang-froid et maturité
Samedi dernier, dans la fournaise d’Om Dormane, il fallait une bonne dose de sang froid et de maturité. L’Espérance, elle, a disposé des deux. Faisant fi de l’ambiance, faite de «feu» et de pierres, elle a évolué sereinement sans jamais paniquer. Elle a, le plus naturellement du monde, résisté à la furia locale pour procéder par des contres, rater deux opportunités en première période, égaliser à l’orée de la seconde mi-temps pour gérer la suite avec sérénité malgré la pluie de pierres et l’ambiance électrique.
Preuve que le représentants tunisien sait voyager. Ses déplacements de la saison écoulée à Casablanca, Rabat, Sétif ou Tripoli l’ont certainement aguerri. Et c’est ce qui a fait dire à Faouzi Benzarti après le coup de sifflet final de l’arbitre Adel Erraï: «Nous sommes habitués à ce genre d’ambiance. Les pierres et les scènes de provocation ne nous gênent plus. Après le (3 à 0) de l’aller, il fallait marquer à Khartoum. On a failli le faire avant la pause. On l’a fait après. Il faut avouer qu’après le match aller je ne doutais plus de notre qualification, malgré la valeur de l’adversaire. La suite ? Il est encore tôt pour en parler. Maintenant, on préfère savourer cette conquête».
C’est qu’avec la succession d’engagements, les Sang et Or n’ont pas eu le temps de souffler, ni de fêter le titre de champion de Tunisie, avec leurs fans en raison du huis-clos instauré. Il appartient maintenant à l’Espérance de reprendre son souffle après le voyage au Soudan, de réussir le dernier match du championnat de samedi face à l’ESHS pour clore la saison en beauté mais aussi de méditer sur ses chances en phase de poules de la ligue des champions, dont le tirage au sort est prévu pour après-demain, jeudi 13 mai.
Les clubs présents ne sont pas à présenter s’agissant entre autres d’Al Ahly et Al Ismaïly d’Egypte, du TP Mazembé, de la JS Kabylie etc…
L’été s’annonce donc très chaud pour l’Espérance, mais avec cette folle envie d’aller loin qui caractérise les Sang et Or, il y a lieu d’espérer qu’avec quelques renforts au mois de juillet prochain, l’aventure africaine pourra s’avérer très bonne. Et à cœur vaillant…


Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com