Le premier ministre au forum des hommes d’affaires maghrébins :Promouvoir les échanges et les investissements





Placé sous le haut patronage du Président Zine El Abidine Ben Ali,le deuxième Forum des hommes d’affaires maghrébins est organisé par l’Union Maghrébine des employeurs (UME), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et le groupe «Iktissad wa Aamal» avec la participation d’environ mille hommes d’affaires maghrébins, de plusieurs hauts responsables maghrébins, des présidents de centrales patronales et de représentants de plusieurs organisations nationales et régionales.
M. Mohamed Ghannouchi a mis en exergue, à cette occasion, les prémices d’une dynamique enregistrée dans l’action maghrébine commune, comme en témoignent la succession des rencontres ministérielles et sectorielles ainsi que les manifestations économiques et commerciales organisées dans les différents pays maghrébins.
Toutefois, les avancées enregistrées, a-t-il relevé, restent en deçà des ambitions et des objectifs fixés.
En deçà des opportunités  et capacités existantes
A titre indicatif, les échanges entre les pays maghrébins ne dépassent pas les 3 % de leurs échanges avec l’extérieur alors que ce taux atteint 70 % avec les pays de l’Union Européenne.
De même, les investissements mixtes demeurent limités malgré une certaine amélioration due à l’augmentation du nombre des projets réalisés en commun, notamment dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture et des services, a-t-il indiqué.
Le Premier ministre a souligné que l’intégration économique des pays maghrébins permet, selon les rapports des experts, d’accroître de 2 % le taux de croissance du PIB et d’attirer près de 3 milliards de dollars d’investissements directs étrangers par an, de manière à créer un nombre additionnel important d’emplois surtout que le nombre de chômeurs dépasse actuellement, dans la région maghrébine, les 3 millions de personnes (plus de 12 % de la population active).
Il s’est félicité de la tendance de plusieurs entreprises maghrébines à intensifier leurs investissements dans la région, soulignant les efforts déployés par la Tunisie aux fins de renforcer cette orientation, d’attirer les investissements maghrébins et de faciliter l’investissement des entreprises tunisiennes dans les pays de l’UMA.
Un label économique maghrébin
Le Premier ministre a mis l’accent sur le rôle de l’infrastructure de base dans la dynamisation des échanges à tous les niveaux, évoquant les effets bénéfiques de la réalisation de grands projets d’infrastructure dans les pays maghrébins.
M. Ghannouchi a affirmé que la mise en place de la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE) constitue un mécanisme nécessaire pour le financement des projets mixtes, la facilitation du transfert des capitaux et le développement des échanges commerciaux, exprimant la volonté de voir l’activité de cette banque démarrer dans les plus brefs délais.
Le Premier ministre a appelé à la nécessité d’approfondir l’étude pour la création d’un Fonds maghrébin mixte destiné à participer aux capitaux des projets innovants et à valoriser les brevets.
Il a aussi recommandé d’assurer le suivi de la création d’un label économique maghrébin devant être accordé aux produits de sociétés mixtes outre l’adoption de règles d’origine pour les pays maghrébins et la création d’une banque de données maghrébine pour la collecte des statistiques, des données économiques et des risques de changes sur le plan maghrébin.
Il s’agit de faciliter les opérations de transfert de devises directement entre les pays de la région sans avoir recours aux devises étrangères.
M. Ibrahim Hafedh El Omrani, président de l’Union Maghrébine des Employeurs a mis l’accent sur les potentialités que recèle la région maghrébine qui s’étend sur 6 millions de km2 et compte plus de 85 millions de personnes, nombre qui sera porté à cent millions au cours des prochaines années.
Il a indiqué que la complémentarité économique maghrébine permettra de réaliser des projets de grande envergure, répondant aux besoins d’un marché commun et favorisant une réduction des coûts de production.
M. Hédi Djilani, président de l’UTICA, a indiqué, dans son intervention, que les différentes études révèlent un manque à gagner en matière de croissance, représentant une perte de plus de 200 mille emplois par an.
M. Habib Ben Yahia, secrétaire général de l’UMA, a appelé à la promotion de la coopération économique maghrébine notamment au niveau du secteur privé. Il s’agit d’inciter les opérateurs économiques à accroître leur capacité de production et instaurer un partenariat maghrébin favorisant l’intégration des économies de l’UMA.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com