L’opposition gagne du terrain





7934 candidats à l’assaut de 4478 sièges répartis sur 264 conseils municipaux, tel est l’enjeu de la nouvelle échéance électorale de ce 9 mai 2010. En effet, après les élections présidentielles et législatives d’octobre dernier, les 3.104.615 d’électrices et d’électeurs appartenant aux zones communales se sont rendus dimanche aux urnes pour choisir leurs conseils municipaux.
Sur les neuf partis légaux en Tunisie, seuls six ont présenté des listes en leurs noms, en plus de 8 listes indépendantes. Seul, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique, parti au pouvoir, était présent dans toutes les circonscriptions. Alors, que trois partis de l’opposition ont préféré participer à ces élections d’une manière indirecte par le biais de candidats indépendants répartis sur 8 listes. Il s’agit du parti démocratique progressiste (PDP) du mouvement «Ettajdid» et du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), selon le chef de l’une de ces formations.
Un scrutin qui s’est déroulé, toutefois, dans le calme et la transparence selon les observateurs tunisiens et étrangers qui ont suivi avec beaucoup d’intérêt le déroulement des élections dans tous les bureaux de vote sur tout le territoire. M. Hachemi Nouira, membre de l’Observatoire national des élections nous a déclaré à ce sujet: «L’Observatoire s’est préparé depuis un mois à ces élections en coordonnant avec l’administration afin que tout soit fin prêt le jour du scrutin. Nous avons ouvert nos bureaux devant tous les candidats pour les écouter et trouver les solutions adéquates aux différents problèmes qu’ils peuvent rencontrer. Les membres de l’observatoire ont visité les bureaux de vote, vérifié les listes électorales et rencontré tous les intervenants. Nous sommes, par ailleurs très satisfaits de l’ambiance dans laquelle se sont déroulé les élections.»
Fait marquant de ces élections, la participation massive des femmes qui verront leur nombre de sièges augmenter pou atteindre les 30 % contre 27,5% auparavant.
L’opposition a également gagné du terrain en améliorant son score par apport aux dernières élections municipales. N’empêche que l’ordre a été respecté. Justement le RCD demeure toujours la première composante politique du pays, suivie par le MDS (Mouvement des démocrates socialistes). Le PUP ( parti de l’union populaire) arrive en troisième position loin devant l’UDU (Union Démocratique Unioniste) qui arrive en 4e position. Notons, également, la bonne tenue du parti des verts (PVP) et du PSL qui ont confirmé de bons scores enregistrés lors des dernières élections législatives.


Habib Missaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com