Coupe de Tunisie – Dames (Demi-finales) : L’A.S.B.H. et l’U.S.T., : méritoirement en finale





L’AS Banque de l’Habitat et l’UST se sont qualifiées pour la finale de la Coupe de Tunisie après avoir pris le meilleur respectivement sur l’ISSPC Kef et le TAC.
ASBH - ISSEPCK et UST -TAC constituaient deux chocs entre quatre de nos meilleures équipes. Avec l’ASF Sahel, ce sont les meilleurs animateurs de notre compétition. Pour cette raison, il était difficile de faire le moindre pronostic, surtout que la coupe n’obéit pas aux mêmes règles que le championnat.
D’ailleurs, les deux rencontres furent intenses et disputées. Elles nous réconcilièrent avec un football chatoyant auquel il nous arrive rarement d’assister chez les demoiselles. Pour ces demi-finales nous avons été bien servis et c’est tant mieux pour la discipline.
Ainsi, le complexe de la Manouba a vu la confrontation entre l’AS Banque de l’Habitat fraîchement couronnée champion de Tunisie et l’ISSEPC Kef qui possède à son actif deux coupes. Au cours de ce match, les 22 actrices ne tergiversèrent pas et entrèrent rapidement dans le vif du sujet puisque l’ISSEPC Kef ouvrit le score par son international, Manel Henaïdi dès la 20’. A la 63’, la situation se compliqua pour les banquières qui virent leur gardienne de but, Haïfa Kamel écoper d’un carton rouge sur une action contestée par le camp de l’ASBH.
En infériorité numérique, menée par 1-0, d’aucuns pensaient que les carottes étaient cuites pour l’ASBH. Paradoxalement, les banquières vont resserrer leurs rangs pour jeter toutes leurs forces dans la bataille. Et leurs efforts seront récompensés lorsque Yosr Toubben égalisa à la 72’. La partie s’enflamma et sur sa lancée, l’ASBH se procura un penalty. Une nouvelle action où l’arbitrage démontra ses limites car au lieu de brandir le carton rouge au visage de la gardienne de but keffoises, il se contenta du jaune alors qu’elle était le dernier rempart avant son intervention litigieuse. En tout état de cause, la baroudeuse Fatma Mlayah ne se posa pas de questions pour donner l’avantage à son équipe. On jouait alors la 41’ et l’ASBH sut comment gérer les dernières minutes du match pour s’offrir méritoirement une place en finale.
Ravi, le coach de l’ASBH, Tarek Barani déclara à chaud : «En dépit du contexte difficile du match, en dépit de nos mauvais débuts, nous avons su faire face à toutes les situations. Ce que j’ai vraiment apprécié chez mes joueuses, c’est leur faculté de surpassement et leur rage de vaincre. On jouait à 10 et on était mené au score, malgré cela, nous avons su réagir. Nous avons osé, nous avons pressé, nous avons joué sans calcul et nous avons été récompensés de nos efforts. Bravo aux filles».
La loi des penalties
La seconde demi-finale entre le TAC et l’UST fut également palpitante du début jusqu’à la fin et nécessita le recours aux prolongations et aux tirs au but.
Sur le papier, les pronostiqueurs donnaient un léger avantage au TAC qui fournit le plus grand contingent d’internationales à la sélection avec pas moins de 8 joueuses, à savoir Zina Hidouri, Racha Riabi, Haifa Guedri, Maroua Chebbi, Raya Maalaoui, Sahar Chérif, Sana Ghniya et Safa Ben Daoulet.
Sur le terrain, la réalité fut autre puisque l’UST lança le match dès la 2’ par le biais d’Afef Kacem qui profita d’une erreur défensive. Il n’y eut donc pas de round d’observation et les actrices s’employèrent d’emblée. A la 34’, une erreur monumentale de la gardienne de but ustéenne, Khaoula Aouichi permet à Zina Hidouri de remettre les pendules à l’heure. Les débats restaient ouverts et Maroua Khémiri redonna l’avantage à l’UST à la 42’. Reste que la joie des protégées de Mourad El Mekki (UST) fut de courte durée car deux minutes plus tard, Intidhar Dhifi égalisa pour le TAC.
En seconde période, la physionomie du match changea et le jeu se concentra davantage au milieu de terrain avec une légère domination pour les aviatrices. Quant au score, il ne bougea pas et l’on dut recourir aux prolongations au cours desquelles nous enregistrâmes une baisse de régime physique de la part de la majorité des joueuses. Et c’est le plus naturellement du monde que l’on se dirigea vers la loterie des tirs au but.
Dans cet exercice, l’UST va faire preuve de davantage d’adresse en réussissant 4 essais sur quatre par le biais d’Afef Kacem, d’Aïda Hannachi, de Faten Dridi et de Dhikra Mahfoudh. Dans le camp du TAC, Haïfa Guedri, une joueuse de très grand talent et Zina Hidouri ne furent pas chanceuse dans leurs essais. Seule Racha Riabi réussit son tir, ce qui était insuffisant.
A la suite de ce succès difficile, l’entraîneur de l’UST, Mourad El Mekki nous précisa : «Cette victoire prouve que notre équipe n’est pas inférieure aux autres qui ont joué pour le titre au cours de cette saison. C’est malheureux de le dire, mais nous avons perdu des points précieux en route par la faute des arbitres. On méritait un bien meilleur classement. Aujourd’hui, nous sommes en finale et nous avons apporté la preuve que ce groupe renferme de la qualité. Désormais, le moral du groupe est en hausse. Cela va donner des ailes aux filles qui veulent renouer avec les titres et remporter la première coupe de l’histoire du club. Il faudra donc compter avec nous».
Place maintenant à la finale qui se jouera le 12 juin prochain et ce afin de permettre à la sélection de négocier sa double confrontation contre l’Algérie dans le cadre des éliminatoires qualificatives à la CAN 2011. D’ailleurs, le sélectionneur national, Mohamed Ali Hammami a suivi avec attention cette partie au cours de laquelle plusieurs internationales étaient partie prenante.


A.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com