Chronique judiciaire : La divorcée écope d’un an de prison avec sursis





L’accusée dans cette affaire est une dame divorcée qui, pour arrondir ses fins de mois, a choisi d’exercer le plus vieux métier du monde. Et c’est lors d’une ronde dans les rues de la capitale que les agents d’une patrouille mobile ont été attirés par sa présence sur la voie publique alors qu’elle faisait des signes aux automobilistes.
Du coup, les auxiliaires de la justice se sont approchés d’elle et lui ont demandé ses papiers d’identité. Coup de théâtre : la jeune dame était habillée d’une manière assez provocante. Elle avait passé d’ailleurs un manteau pour cacher sa tenue légère. C’est alors que les agents lui ont demandé les raisons de sa présence dans un tel endroit à une heure aussi tardive.
Faute d’une explication logique, les auxiliaires de la justice ont décidé de l’embarquer au poste. En vérifiant ses papiers d’identité, ils ont découvert que la suspecte était impliquée auparavant dans une affaire de racolage. Nul doute qu’il s’agit d’une récidiviste.
La suspecte a été alors soumise à un interrogatoire. La jeune dame n’a pas cherché à se dérober derrière des explications vagues, préférant passer aux aveux.
Elle a, en effet, déclaré qu’elle s’est séparée de son mari depuis plusieurs mois. Son époux se serait éclipsé sans lui verser aucun centime pour nourrir sa fille âgée de deux ans. Après avoir cherché en vain un travail, la jeune dame a fini par céder à la tentation, acceptant une première une offre émanant d’un homme qui lui a donné de l’argent contre quelques moments de plaisir.
Depuis, elle se prostitue afin de nourrir sa fille et subvenir aux besoins de sa petite famille. L’enquête close, la jeune dame divorcée a été inculpée de racolage sur la voie publique.
Et si pour des raisons humanitaires, elle a été laissée en liberté, l’accusée a été traduite dernièrement devant la justice qui l’a condamnée à un an de prison avec sursis.


Myriam




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com