Festival de La Médina : C’est du Massi (f)





Premier gala à Tunis. Un vrai succès. La jeune chanteuse algérienne a conquis les Tunisiens par sa démarche musicale hors des sentiers battus. Par son courage et sa simplicité. Grande, mince, cheveux tirés en arrière en queue de cheval, vêtue d’un jean, d’un pull et de sandales aux pieds, Souâd Massi avait l’air naturel d’une éternelle étudiante. On comprend pourquoi certains critiques français l’ont comparée à Joan Baez et Tracy Chapman. La guitare qu’elle tenait amoureusement, ses chansons à texte et ses mélodies simples et touchantes justifiaient, il est vrai, cette comparaison. Mais les affinités entre la chanteuse algérienne et ses aînées américaines s’arrêtent là. Souâd Massi chante simplement sa vie, son chagrin, la nostalgie d’une enfance perdue dans les vapeurs de souvenirs, les affres de l’amour et de la séparation, les illusions... Deux de ses chansons s’intitulent d’ailleurs «Awham» (Illusions) et «Bnit qsour bessaheb» (J’ai édifié des palais de nuages). Sa musique est un mélange de chaâbi (chant populaire algérien), de folk et de rock. C’est un genre un peu hybride qui plaît beaucoup aux jeunes. Mais toutes les musiques d’aujourd’hui sont le fruit de judicieux brassages. Celui proposé par Souâd Massi est, en tous cas, fort réussi. C’est en cela que la jeune auteur-compositeur algérienne résidant en France a fait preuve d’une réelle créativité, donnant naissance à un genre musical à la fois maghrébin et universel, un cocktail de raï et de chanson à texte française, un mélange de Brel et de Cheb Mami. Pour un premier contact avec le public tunisien, la fille de Bab-Al Oued n’a pas démérité. Simplement, avec des mots pleins de poésie et une voix pure, profonde et touchante de sincérité, elle a su conquérir les cœurs des nombreux spectateurs présents samedi dernier au Théâtre Municipal de Tunis. Une voix à suivre... Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com