Abdessattar Elloumi analyse la finale de la Coupe : «Mental nabeulien salvateur et indiscipline sahélienne»





Ayant pu une nouvelle fois amadouer les Etoilés, les Potiers sont parvenus à engranger un beau doublé. Grâce, selon notre consultant coutumier, Abdessattar Elloumi aux mêmes atouts de mise, notamment cette impressionnante solidité mentale.
«Avant tout, force est de constater que cette nouvelle confrontation entre nos deux meilleurs équipes du moment, est, de loin, meilleure au plan de la teneur qualitative que celles de mise pour le compte de la finale du championnat, disputée en trois manches.
L’entame du match a donné à voir une excellente tenue défensive sahélienne, ainsi qu’u ne belle application en attaque.
Les Nabeuliens s’en sont ressentis, notamment en attaque, un compartiment fragilisé, en sus, par le rendement en demi-teinte de Mohamed Hadidane qui traînait encore les séquelles de sa blessure au dos. En défense, les Potiers, sans être mauvais, ont relativement pâti de la méforme de Gégé et surtout de Sergueï qui venait de rentrer précipitamment de Russie. Ce dernier se rebiffera, toutefois, d’éclatante façon, par la suite.
A la reprise, les Etoilés ont commencé par confirmer leurs belles dispositions d’ensemble grâce à l’apport d’Essayed, intraitable sur Hamoudi. Ils purent, ainsi, mener de 11 points et c’est là qu’ils retrouvèrent leurs vieux démons et leur péché mignon. C’est qu’ils ne sont jamais aussi performants que lorsqu’ils sont menés au score. Mais, il suffit qu’ils prennent quelque peu le large pour qu’ils retombent dans leurs travers.
C’est ainsi qu’ils se mirent à confondre rapidité d’exécution et précipitation, comme ce fut le plus souvent le cas, par les mêmes joueurs, à savoir Jomar et Toumi. Face à des équipes moyennes, pareille baisse de régime est récupérable, mais un ensemble de l’envergure du SN ne badine pas à ce niveau. Et à la faveur de leur réveil défensif, cristallisé par un pressing sur tout le terrain, les Nabeuliens ont pu combler leur retard. En attaque, ils ont été prolifiques grâce, surtout, à la récupération des deuxièmes balles et à l’engrangement de plusieurs lancers-francs, un exercice dans lequel s’est particulièrement illustré Sergueï. A partir de là, nous eûmes droit à un autre match, avec un SN retrouvé, voire survolté et une ESS désarçonnée.
Pour tout dire, ce qui a fait la différence en faveur des Nabeuliens, c’est leur mental de fer, contre l’indiscipline et les déchets des Sahéliens, une fois ils mènent au score».


Propos recueillis par Wahid Smaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com