A l’approche de l’été : Boire ou conduire… il faut choisir





Lycéens et étudiants attendent impatiemment les résultats des examens. Pour ceux ayant réussi, festivités et soirées bien arrosées seront à l’honneur. Là, il faut choisir entre boire et conduire. C’est une question de vie ou de mort.
L’été, synonyme de délassement et parfois d’excès, apporte son lot de drames chez nos jeunes : vitesse sur les routes, randonnées nocturnes et soirées festives bien arrosées. La consommation d’alcool prend aujourd’hui une ampleur inquiétante, surtout quand elle est associée à la conduite.
Selon les statistiques de l’Association tunisienne de la prévention routière (ATPR), 18% des accidents routiers ont lieu pendant l’été. Pis encore, un accident sur trois est lié à la consommation d’alcool. Des statistiques alarmantes et qui font peur surtout que nos jeunes s’apprêtent à accueillir le verdict de leurs examens ; les plus heureux ne ratent pas d’habitude l’occasion pour aller fêter «comme il se doit» leur réussite : soirées jusqu’au petit matin et alcool à flot. Résultat : accidents mortels et une fête qui tourne au drame. Quand ils sont en état d’ébriété, les jeunes insistent pour conduire. C’est leur façon de se prouver que rien ne peut leur arriver.
Il faut savoir que le taux d’alcool autorisé pour pouvoir conduire est de 0.5g/litre (à peu près deux verres). Ce pourcentage n’est pas calculé au pif ; les études montrent qu’après 0.5g/litre d’alcool dans le sang, les réflexes diminuent, le champ de vision devient beaucoup plus restreint, l’appréciation des distances s’altère et la sensibilité à l’éblouissement s’accroît.
L’ATPR essaie de combattre ce fléau et circonscrire les risques, avec des slogans tels que «L’alcool au volant, ça brise la vie», «l’alcool au volant, la mort au tournant» et «boire ou conduire, il faut choisir». Ce n’est pas assez.
Afin de réduire les risques, les campagnes de sensibilisation doivent se multiplier. C’est vrai que la société tunisienne n’est pas à l’aise avec les problématiques liées à l’alcool ou à la consommation des stupéfiants, mais ce phénomène existe bel et bien et fais des ravages. On n’a pas encore vu une seule publicité concernant le fait de conduire en état d’ivresse à la télé. Il est plus que temps de s’y mettre et utiliser des expressions et des images choquantes qui touchent réellement les jeunes.
Depuis quelques années, les tests d’alcoolémie sont presque obligatoires à la sortie des boites de nuit. Cette pratique est à saluer et à renforcer.
Le fait de boire et conduire ne touche pas que les jeunes, mais cette tranche d’âge est considérée comme population à risque. Quelques astuces peuvent être bénéfiques : quand ils sortent en groupe, les jeunes doivent désigner l’un d’entre eux qui ne va pas boire, pour qu’il puisse conduire sans risque.
Conduire en état d’ivresse constitue une infraction et peut engendrer des drames. Il faut juste être conscient, responsable et adulte.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com