Avenue Bourguiba : Une vitrine, un espace de vie !





En trois siècles, l’Avenue Bourguiba a souvent changé de visage pour offrir aujourd’hui une vitrine des ambitions de Tunis pour le nouveau millénaire !
Avant les travaux de 2001, l’avenue Bourguiba était arrivée à un tel niveau de délabrement qu’elle faisait peine à voir et sa remise au goût du jour décourageait les plus audacieux car il y avait beaucoup à faire avant de la transformer en cette vitrine dont Tunis avait besoin pour exprimer son statut pour le IIIè Millénaire.
L’ouvrage qui se profilait semblait titanesque puisqu’il fallait à la fois arrêter le déclin de cet hyper-centre et valoriser toutes ses composantes (bâti, pavage, mobilier urbain), relancer son animation en définissant des espaces cohérents avec l’environnement bâti et végétal (trottoirs, terrasses…), restituer sa vocation de promenade, de lieu de rencontre, de lieu d’échange et d’espace fédérateur de la ville (accès, desserte, stationnement…), rééquilibrer la fréquentation des différents tronçons de l’avenue en développant d’autres centres d’intérêt et en facilitant les déplacements (aménager des passages entre tronçons et rives, implantation de nouveaux équipements attractifs), redynamiser l’avenue sur les plans économique, social et culturel et, évidemment, conserver la physionomie de l’avenue car telle était son âme à laquelle les Tunisois étaient particulièrement attachés.
Les travaux d’Hercule
Aujourd’hui, une dizaine d’années après ces travaux d’Hercule, tous ceux qui se promènent dans l’Avenue (comme l’appellent affectueusement les Tunisois) constatent que l’aménagement a conservé à celle-ci sa physionomie initiale après avoir osé quelques ‘’adaptations’’ ; à commencer par l’allée centrale qui a été maintenue même si on en a diminué la largeur (16 m au lieu de 29 m) au profit des trottoirs. La largeur de ceux-ci a été augmentée pour atteindre une dimension maximale de 12 mètres.
Le premier bénéfice pratique est que la circulation automobile est maintenue latéralement sur 3 voies de chaque côté mais ce choix a impliqué la transplantation de deux rangées de ficus sur les trottoirs latéraux.
L’avenue est aujourd’hui pourvue d’un dallage homogène sur toute la surface de l’allée centrale et des trottoirs avec du granit de 4 cm d’épaisseur et elle est éclairée par un modèle de lanterne inspiré de celui implanté devant le Théâtre de Tunis.
A l’ouest, l’artère se termine sur la place de l’Indépendance au centre de laquelle se trouve la statue du philosophe Ibn Khaldoun encadrée par l’ambassade de France et la cathédrale Saint-Vincent-de-Paul. Quelques pas vers l’est et nous voilà devant le Théâtre municipal, l’un des rares théâtres de style Art nouveau au monde.
Convivialité et flânerie
Avec son bassin de 32m, la fontaine cybernétique musicale avec jeux d’eau, de lumière et de laser…. sur la place 7 Novembre, est un lieu de vie et de flânerie que les Tunisois et les visiteurs ont très vite adopté. Le mouvement ne s’arrête ainsi pratiquement jamais sous la tour-horloge haute de 32 m de modules de bronze avec sa pyramidale dorée à la feuille.
La foule aime aussi à contempler les immeubles qui ont été réhabilités à des degrés différents, allant de la rénovation totale à un simple ravalement. Mais les meilleurs moments se passent, bien sûr, dans tous ces espaces ouverts au public qui ont été ‘’mis à niveau’’ et dont les devantures et les enseignes lumineuses ont été repensées dans un esprit de cohérence et d’harmonie avec le reste des composantes de l’avenue.
Le matin, l’après-midi et jusque tard dans la soirée, vous trouverez des centaines de nos concitoyens et de visiteurs de toutes nationalités attablés aux terrasses des dizaines de cafés de l’Avenue, sirotant leur café et devisant tranquillement.
Le projet de revalorisation de l’avenue Bourguiba exécuté par la Municipalité de Tunis n’est pas isolé de son environnement immédiat. Trait d’union entre la médina et l’avenue Bourguiba, passage obligé de tout visiteur tunisien ou étranger, centre névralgique de toute la zone commerçante et piétonne de la ville, l’avenue de France mérite une attention particulière.
Bien que cette avenue constitue le noyau autour duquel gravite toute l’activité commerciale et bien qu’elle soit le pôle d’attraction le plus important de la ville, l’avenue de France a subi comme tout le centre ville un vieillissement généralisé aussi bien du bâti que des infrastructures et du mobilier urbain.
Pour pallier à cette situation, un aménagement a été nécessaire avec le maintien des trottoirs avec 8 m de chaque côté et le maintien de la chaussée centrale avec 10,5 m de largeur. Au niveau de la section devant le magasin général, c’est la suppression du parking de surface et la création d’une voie centrale avec les mêmes dimensions que la voie de la première section.


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com