Lutte contre la pollution portuaire : Démonstration à Sidi Bou Said





L’entreprise française «Ecoceane», spécialisée dans la fabrication de bateaux dépollueurs  a fait hier une démonstration de nettoyage au port de plaisance de Sidi Bou Said.
Après plusieurs jours venteux, le temps a été parfait hier sur les côtes de Sidi Bou Said, pour que les Français de la société «Ecoceane» fassent la démonstration de leur bateau de dépollution des zones portuaires. La présentation du navire à laquelle ont assisté MM. Nadhir Hamada, ministre de l’Environnement et du développement durable et Pierre Ménat, ambassadeur de France à Tunis, devrait en principe déboucher sur la conclusion d’un accord par le biais duquel un bateau du model «Gataglop CG 75» serait fourni à l’Agence nationale de protection et de l’aménagement du littoral (APAL). Long de 7,5m et large de 2,4 m, le navire coûte, selon un représentant de la société française, entre 150 et 200 mille euros (soit environ 370 mille dinars). Une somme que le ministère de l’Environnement devrait vraisemblablement débourser afin de renforcer le dispositif naval de l’APAL limité aux deux bateaux de contrôle de la qualité de l’eau de mer.
Le Gatalop», considéré par ses fabricants comme un «véritable aspirateur des mers», spécialement conçu pour le ramassage des macro-déchets et hydrocarbures des plans d’eau et dans les zones portuaires et littorales correspond parfaitement aux besoins de la Tunisie. Et pour confirmer leur savoir-faire et leur notoriété, les représentants d’Ecoceane n’ont pas oublié d’indiquer qu’ils avaient proposé son aide au pétrolier britannique British Pétrolium (BP), à travers le prêt d’un prototype de bateau dépollueur pour lutter contre la marée noire dans le golfe du Mexique. Ce qui a été d’ailleurs confirmé par l’ambassadeur de France, M. Pierre Ménat qui a indiqué que le président de l’entreprise s’est rendu à la Nouvelle Orléans pour négocier un accord avec BP.
En ce qui concerne la Tunisie, et en attendant que l’acquisition du «Gatalop» soit officialisée, les actions de lutte contre la pollution marine vont se poursuivre en s’intensifiant avec l’approche de la saison estivale. M. Nadhir Hmada a rappelé dans ce contexte l’importance qu’acquiert la préservation du littoral dans la politique environnementale de la Tunisie, compte tenu du grand rôle démographique, urbain et socio-économique de cet espace qui s’étale sur 1300 km et concentre environ 65% de la population et 90% des activités économiques du pays. Et le ministre de rappeler dans la même perspective les projets de dépollution engagés dans les différentes régions, à l’instar de la réhabilitation de la Sebkha de Beni Ghayadha à Mahdia et la dépollution industrielle de Sfax Nord (Taparura) et Sfax Sud, outre la mise à niveau de l’industrie de transformation du phosphate de Gabès et de la réhabilitation du bassin minier de Gafsa.


Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com