Soldes d’été-Ramadan : Les commerçants face à un dilemme





Débutant toujours le 1er août, les soldes d’été seront bousculées cette année par le mois du jeûne. Craignant une forte baisse de leurs chiffres d’affaires, les commerçants seront contraints de réviser leur calendrier
pour préserver leurs intérêts.
Comme il l’est pour les professionnels du tourisme, l’avènement du mois de Ramadan en pleine saison estivale ne peut pas avoir lieu sans que les commerçants habitués de faire de bonnes affaires durant les soldes d’été ne se soucient de leurs intérêts. Les commerçants, essentiellement ceux du prêt-à-porter pensent en fait que si aucun changement n’est opéré au niveau du début et de la durée de la saison des rabais qui est toujours entamée le 1er août, leurs recettes seront considérablement affectées. Il faut dire que, durant les 10-15 premiers jours du jeûne, l’expérience à montré que les ménages tendent à consacrer la quasi-majorité de leurs dépenses aux denrées alimentaires ce qui fait que c’est seulement à l’approche de l’Aïd qu’ils commencent à fréquenter les commerces d’habillement. Pour cela, il serait inévitable pour les commerçants de penser à réviser la date du coup d’envoi des soldes d’été 2010.
A propos de ce chevauchement du calendrier, M. Jamil Ben Mlouka, président régional de l’UTICA de Tunis, et qui est aussi un industriel de confection et propriétaire de plusieurs boutiques de prêt-à-porter dans la Capitale, a signalé au Quotidien que les représentants des fédérations professionnelles concernées par les soldes d’été ont eu récemment une première rencontre avec le directeur du Commerce intérieur pour examiner les propositions les plus appropriées en ce qui concerne l’éventuel report ou avancement du coup d’envoi de la saison.
La première réunion qui a eu lieu vendredi dernier et à laquelle notre interlocuteur n’a pas pu assister, n’a naturellement pas débouché sur un accord. «Il faut en effet plusieurs réunions pour se mettre d’accord autours d’une date définitive», note Ben Mlouka, tout en précisant qu’il faut tout d’abord trouver une date qui fait l’unanimité des commerçants qui participeront aux soldes. «Jusqu’ici il y a ceux qui pensent que le 20 juillet constitue la date idéale pour entamer les soldes, soit trois semaines avant Ramadan alors que de l’autre côté il y a ceux qui pensent que le bon moment pour débuter la saison c’est le 15 Ramadan, lorsque les familles se mettent à se préparer pour l’Aïd et pour la rentrée scoalaire. Notre interlocuteur qui présidera dorénavant le camp des commerçants lors des négociations avec le ministère de tutelle votera, quant à lui, pour la seconde date. Attendons voir de quel côté le dernier choix va finalement pencher.


H.G




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com