Chronique judiciaire : 65 ans de prison à l’encontre des voleurs faussaires





Les membres de cette bande se sont partagés les tâches afin de mener à bien leur mission. Du coup, lorsque les uns volent, l’autre profite de son poste pour donner un aspect légal au butin.
Alors en comparaissant devant la 12ème Chambre criminelle de la cour d’appel de Tunis qui a examiné dernièrement cette affaire, les uns et les autres se sont rejetés les responsabilités, tentant de se disculper et d’échapper ainsi à une condamnation qui s’annonce lourde.
Il faut dire que les chefs d’accusations retenus à l’encontre des quatre accusés sont d’une gravité telle qu’à l’annonce du verdict, même les avocats de la défense n’ont pas été surpris. Inculpés de vol, de faux et d’usage de faux et de falsification de documents officiels, les quatre malfaiteurs ont interjeté appel après avoir été condamnés en première instance à la même peine prononcée au bout de cette deuxième audience. En effet, le chef de cette bande est un fonctionnaire dans une municipalité, chargé de la légalisation des signatures qui a aidé les quatre accusés, lesquels ont perpétré plusieurs vols de mobylettes à légaliser le butin en leur fournissant des contrats de vente paraphés de la légalisation de signature pour pouvoir les revendre en toute légalité. Quatorze affaires ont été ainsi mises sur le compte de cette bande de malfrats. Traduits devant la cour d’appel de Tunis, ils ont écopé de quatorze mois de prison pour chacune de ces affaires.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com