«Fi Hak Essardouk Nraychou» devant la Cour de Cassation le 10 juin





Le feuilleton de «Fi Hak Essardouk Nraychou» («Ce coq qu’on déplume» ou plutôt «Cette chose qu’on rabâche») n’est pas à son dernier épisode. Une nouvelle audience est, en effet, fixée pour le 10 juin prochain et cette fois-ci c’est à la Cour de Cassation de trancher dans ce litige qui oppose les deux artistes Moncef Dhouib et Lamine Nahdi depuis plus de trois ans. Non satisfait des deux jugements rendus en première instance et en appel, le comédien Lamine Nahdi a formulé un recours devant la Cour de cassation afin de revoir les deux sentences en question.
Il est à rappeler que le préjudice porte sur 340.000 dinars et l’interdiction des présentations de la pièce partout dans le monde. La justice interdit, également, à Lamine Nahdi de puiser dans cette pièce pour ses spectacles et ses sketches à la télé, à la radio ou dans les soirées publiques.
Un procès très médiatisé
Constituant un véritable tournant dans le «One man show» tunisien, les deux pièces: «El Makki et Zakia» et «Fi Hak Essardouk Nraychou» ont drainé à chaque spectacle la foule. Un succès qui ne tarda pas à prendre une autre tournure sur fond de droits d’auteur. Justement, le comédien Lamine Nahdi, en prétendant être un coscénariste des deux pièces, a été à l’origine de l’éclatement d’une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre. Mieux encore, les deux artistes ont saisi la justice qui, à chaque fois, avait donné raison au metteur en scène et auteur Moncef Dhouib, en le reconnaissant comme l’auteur des deux pièces. Dans le cas du one man show, Fi Hak Essardouk Nraychou, le comédien Lamine Nahdi a été condamné à verser au profit de Moncef Dhouib la somme de trois cent quarante mille dinars. Le jugement rendu en première instance et confirmé par la Cour d’appel interdit, également, à Lamine Nahdi, toute représentation de la pièce et même d’utiliser des passages de la pièce pour meubler toute intervention télévisuelle on radiophonique.
Le 10 juin prochain, ce jugement au cas où il es confirmé par la cour de Cassation deviendra définitif et irrévocable.


Habib MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com