Partenariat tuniso-allemand : Investissements en hausse en 2010





La Chambre tuniso-allemande d’industrie et de commerce a présenté hier, au cours d’une conférence de presse, les résultats de l’enquête réalisée auprès des entreprises exportatrices allemandes en Tunisie.
Cette enquête a été effectuée principalement auprès d’entreprises travaillant dans le secteur du textile-habillement (51 %) et l’électrotechnique (31 %). Donc, et compte tenu des répercussions de la crise économique internationale sur ces deux secteurs, l’enquête réalisée auprès de 105 entreprises, a montré que 58 %, d’entre elles, jugent mauvaise ou non satisfaisante l’évolution de leurs affaires en 2009, 59 % ont enregistré un recul du chiffre d’affaires à l’export par rapport à 2008 et 39 % ont réduit leur personnel.
La situation difficile sur les marchés financiers et économiques internationaux a poursuivi donc son impact négatif en Tunisie, déjà entamé en 2008.
Les prévisions de l’enquête pour 2010 s’annoncent, par contre, positives. 56 % des entreprises exportatrices s’attendent à une augmentation de leurs chiffres d’affaires et 43 % prévoient une augmentation des investissements. Côté embauche, la réaction est variable selon les secteurs. Au moment où 32 % des entreprises du secteur du textile prévoient une augmentation du personnel, 56 % des entreprises du secteur électrotechnique comptent comprimer leurs effectifs courant 2010.
Satisfactions et soucis
Il ressort également de l’enquête que la stabilité politique et sociale de la Tunisie est jugée très importante par 91 % des entreprises exportatrices allemandes, notamment dans l’industrie textile qui considère ce facteur comme absolument prioritaire (100 %). La proximité géographique par rapport à l’Europe est également citée par 83 % des entreprises comme avantage d’implantation en Tunisie. Concernant les avantages fiscaux, 76 % le retiennent comme avantage comparatif, alors que 56 % retiennent celui des coûts de production.
Au revers de la médaille, l’enquête cite que 47 % des entreprises ont du souci concernant la faible productivité des employés, 47 % trouvent également que la réglementation est excessive et que l’administration fait preuve de rigidité alors que 36 % déplorent le manque de qualification du personnel.
Au cours du débat, Mme Dagmar Ossenbrink, Directrice générale de la Chambre tuniso-allemande de l’industrie et du commerce (AHK), a exprimé le souhait de voir l’administration «travailler avec davantage de transparence et de netteté».


Mourad SELLAMI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com