Prêt-à-porter enfants : «Chères» petites têtes brunes





A l’entame de la 2ème quinzaine de Ramadan, l’Aïd El Fitr commence à dégager ses effluves. Depuis quelques jours, le commerce du prêt-à-porter enfants enregistre une affluence de plus en plus croissante. Au centre-ville, les boutiques offrent une profusion d’articles, mais les prix ne sont pas toujours ... souples et doux. Tunis - Le Quotidien Ambiance festive et bon enfant, hier, dans les principales artères névralgiques de la capitale investis par une foule dense et compacte . Du côté de la rue Jamal Abdennasser qui abrite de nombreux commerces de prêt-à-porter, il y avait le grand monde. Les vitrines de boutiques qui rivalisent de créativité mettent en exergue les vêtements pour enfants. A l’approche de l’Aïd, les produits alimentaires descendent graduellement de leur piédestral pour céder la place aux articles vestimentaires pour les titis. Deux semaines après le début du mois de Ramadan, les ménages tunisiens ont déjà en tête une autre échéance non moins importante qui implique des dépenses supplémentaires. Raison pour laquelle d’ailleurs certains s’en sont pris tôt dans l’espoir d’acquérir des vêtements bon-marché avant la ruée fatidique de la deuxième quinzaine du mois de ramadan où les tarifs dessinent généralement des pics en fonction de la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande. L’enfant - roi Le prêt-à-porter pour enfants sera ainsi la vedette jusqu’à l’Aïd El Fitr. Les commerçants proposent cette année de nouvelles collections attrayantes et dont la qualité diffère d’un article à un autre. Il est 11h30 minutes au complexe du «Palmarium», plein comme un œuf en cette journée fériée. L’affluence est telle d’ailleurs que pour se frayer un chemin il faut jouer du coude et encore. De nombreux parents accompagnés de leurs enfants ont investi en masse les lieux dans l’espoir de dénicher «la perle rare» qui présente un bon rapport qualité-prix. Les tarifs sont justement variables, mais restent cher dans l’ensemble et ce, de l’avis de plus d’un consommateur rencontré dans les dédales de cet espace commercial. Exemple : la jackette est proposée entre 46 et 98 D. Le pull pour enfant coûte entre 32 et 90 D, contre 30 D pour un pantalon. Les chaussures pour les titis coûtent cependant mois cher et les prix varient aussi, suivant les marques et les magasins. En effet, leurs prix oscillent entre 25 et 37 D. Du côté de la rue de Marseille où l’affluence est également importante hier vers 12h, les prix des articles pour titis semblent légèrement abordables. Une tenue pour enfants est proposée entre 35 et 60 D tandis que les pantalons coûtent environ 25 dinars. La même tendance des prix est constatée du côté de la rue Charles De Gaulle. Les chaussures coûtent en moyenne entre 20 D 30 dinars tandis que les prix des chemises tournent autour de 10 à 15D. Bref, en attendant la véritable ruée de la deuxième quinzaine ramadanesque, le compte à rebours pour l’achat d’articles pour titis semble bien lancé au niveau de toutes les grandes surfaces et magasins où des tendances des prix diverses sont affichées. Il est à espérer que les prix ne grimpent pas davantage pour que la fête soit totale. O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com