Un mois après les élections : La chaleur fait bouger nos mairies





Une meilleure qualité de vie pour les habitants, tel est le dénominateur commun des projets municipaux que les édiles, élus le 9 mai dernier, vont devoir réaliser.
Après la fièvre électorale, les assemblées de répartition des tâches des conseils municipaux et les cérémonies d’installation, le temps est à l’action pour. Côté riverains, c’est dans les grandes communes que l’on doit surtout s’impatienter de voir tenues les promesses faites durant les campagnes. Dans les grands groupements urbains, les priorités de d’intervention tendent souvent à résoudre des problèmes latents concernant la propreté, la circulation ainsi que d’autres prestations fondamentales.
Pour permettre aux mairies en charge des grandes agglomérations une meilleure autonomie, les législations régissant l’action municipale ont été amendées dans le but d’assouplir les mécanismes de gestion et renforcer la disponibilité des maires. Ainsi, la loi organique relative aux municipalités s’adapte à l’évolution urbaine des communes avec ce que cela exige au niveau de l’intervention municipale : la gestion des grandes municipalités du pays nécessite la disponibilité des maires, selon des critères qui prennent en considération la taille de la population et les moyens budgétaires des municipalités; la loi en vigueur défini les territoires qui sont pris en charge par des maires exerçant à plein temps.
Les habitants de ces communes qui, au mois de mai dernier ont élu leurs nouveaux conseillers municipaux, attendent aujourd’hui la tenue des premières réunions des nouveaux conseils pour voir ce qui a été prévu comme actions prioritaires.
Ce qui est sûr, c’est que la plupart des conseils savent exactement ce que les habitants attendent d’eux. Leurs priorités doivent certes s’inscrire dans le cadre de la politique générale de développement du pays, mais elles sont aussi définies en tenant compte des attentes des riverains.
Dans les municipalités sièges de gouvernorats, gérées par des maires à plein temps, l’action doit à court terme porter sur l’amélioration des services et des prestations de proximité. A Tunis, comme à Bizerte, à Sfax, ou à Sousse, soit les plus importantes agglomérations urbaines du pays, les services municipaux vont devoir multiplier leurs efforts pour parfaire leurs services fondamentaux. Rendre les villes plus viables sera en effet, l’objectif commun des nouveaux conseillers.


Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com