Femme rurale : Un partenaire dans l’œuvre de développement





Tunis-TAP
Les résultats du rapport national sur le suivi de la mise en œuvre du plan national de promotion de la femme rurale, au titre de 2009, ont été présentés, hier, à Tunis.
Le document met en exergue les grands efforts déployés à l’échelle nationale, régionale et locale pour la promotion de la femme rurale, notamment dans les domaines de l’éducation, l’enseignement, la formation et la santé, ainsi que pour la dynamisation de son rôle dans la vie publique.
Dans ce rapport, l’accent est mis sur l’importance d’intensifier les efforts afin de concrétiser les orientations dans ce domaine. Il est également recommandé de multiplier les rencontres régionales et nationales en vue d’accélérer la mise en application des mesures présidentielles et d’améliorer les indicateurs relatifs à l’amélioration de la condition de la femme rurale.
Ce rapport a été présenté au cours de la réunion périodique de la Commission nationale pour la promotion de la femme rurale tenue, hier à Tunis, au siège du CREDIF (Centre de recherche, d’étude, de documentation et d’information sur la femme), sous la présidence de Mme Babia Bouhnak Chihi, ministre des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées.
Lors de la discussion du rapport, les intervenants ont souligné la nécessité de renforcer la coordination entre les différentes parties concernées et de dynamiser les mécanismes mis en place pour concrétiser les objectifs du plan national de promotion de la femme rurale.
Un intérêt particulier devra être accordé à l’emploi de la jeune fille rurale, ont fait remarquer certains intervenants, mettant en exergue l’impact positif de l’amélioration de la condition socio-économique de la femme en milieu rural dans la garantie de la stabilité familiale.
Le plan national pour la promotion de la femme rurale bénéficie d’une attention particulière de la part du Président Zine El Abidine Ben Ali, a souligné la ministre, à cette occasion. Elle a mis en valeur les multiples mesures mises en place pour développer les indicateurs de la santé de la mère et de l’enfant, lutter contre l’abandon scolaire précoce, promouvoir les centres de formation de la jeune fille rurale et faciliter l’intégration de cette catégorie dans l’œuvre de développement.
La consolidation de l’encadrement de la femme rurale figure parmi les principaux objectifs contenus dans le programme présidentiel (2009-2014), a fait remarquer la ministre en évoquant le plan d’action qui englobe tous les domaines liés à la promotion de la femme rurale et vise à réduire l’échec scolaire et l’analphabétisme, à garantir le développement de la santé de la mère et de l’enfant et à renforcer la diffusion de la culture des droits de la femme et de la famille.
La ministre a souligné que la prochaine étape exige la conjugaison des efforts pour dynamiser le rôle des commissions régionales pour la promotion de la femme rurale notamment en matière d’élaboration et de suivi des plans et programmes mis en place dans ce domaine, à l’échelle régionale.
La commission nationale pour la promotion de la femme rurale a été créée en 2001. Cette structure est composée de représentants des ministères, institutions, organisations et associations concernés.
Elle a pour charge de proposer et de faire le suivi des plans et programmes en vue de la concrétisation des objectifs nationaux en matière de promotion de la femme rurale. Elle entreprend également le suivi des activités des commissions régionales y afférentes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com