Olga Malakhova Zid : «C’est l’esprit qui voit en premier»





«Chez moi, les paysages chantent et dansent, comme dans : «Palm Tonic». Cela se situe entre le figuratif et l’abstrait.
Mais je maintiens la présence des couleurs ocre, bleu et en demi-teinte.
C’est ma vision personnelle des êtres et des choses qui m’entourent».
Vous êtes à l’opposé de votre père qui, lui, se maintient dans le figuratif. Les paysages formés par les constructions et ceux naturels, doivent-ils toujours prendre une autre forme plissée, par exemple?
Vous remarquerez que quelques uns de nos tableaux se ressemblent, car nos ateliers sont si proches, si bien qu’on se «copie» mutuellement, sans s’en rendre compte parfois. On voit par l’esprit avant les yeux. Paul Klee avait compris, durant sont court séjour en Tunisie, la dimension de la lumière et la force de ces paysages si attachants. Un palmier est pour moi, par exemple, un arbre magique.
Doit-on alors déduire que votre peinture est avant tout cérébrale?
Je vous disais que c’est l’esprit qui voit en premier (chez l’artiste). Donc, c’est ma manière à moi de voir autrement et d’aimer encore plus les détails que je représente qui forment un ensemble qu’on peut interpréter de différentes manières.


Propos recueillis par : N.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com