Notre Mondial à nous : Réussi quoi qu’on en dise





Trévor Francis, le célèbre ex-international anglais a déclaré «Je suis là depuis une semaine et je n’ai absolument rien constaté de cela. (Des rumeurs de mauvaise organisation). Ce pays est accueillant et beau et son peuple est hospitalier. Voilà tout ce que j’ai vu. Le reste n’est que propagande honteuse. Une façon indigne de jeter l’opprobre sur toute l’Afrique. Une jalousie mal indiquée de ceux qui n’ont pas supporté qu’elle organise la Coupe du monde…».
Le leader charismatique de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela, a indiqué, pour sa part: «que cette Coupe du Monde est réussie jusque-là…».
Au-delà des résultats assez mitigés, enregistrés par les équipes africaines, l’organisation tient encore les choses en mains et il n’y a pas de raisons majeures pour que les responsables ne continuent pas à le faire.
Sur le gazon, le Cameroun, après avoir concédé sa deuxième défaite consécutive face au Danemark (1-2) quitte la compétition, comme le Nigeria. C’est la seconde équipe africaine sur les six représentants continentaux qui plie bagages dès le premier tour. On attend avec curiosité la réaction de l’Afrique du Sud et de l’Algérie, sans trop y croire. Quant au Ghana, son nul contre l’Australie et la défaite simultanée de l’Allemagne contre la Serbie pourrait lui ouvrir les portes du deuxième tour.
La Côte d’ivoire, elle, vient de tomber sur un Brésil «du bon vieux temps» qui lui a administré une leçon de réalisme et de compétition de haut niveau.
La supposée meilleure équipe africaine est tombée de très haut et jusqu’à aujourd’hui seuls le Ghana et à un degré moindre l’Afrique du Sud et l’Algérie entretiennent l’espoir de voir une équipe africaine au second tour.
Heureusement que les organisateurs maintiennent le cap pour faire de ce rassemblement une très grande fête.


Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com