Tourisme de plaisance : La destination Tunisie a le vent en poupe





Trois nouveaux projets de marinas devraient permettre à la Tunisie de devenir une escale obligée
pour les plaisanciers en Méditerranée.
Le tourisme de plaisance a de beaux jours devant lui en Tunisie. La destination qui compte 1300 km de côtes, verra sa capacité d’accueil augmenter de 1350 anneaux d’amarrage grâce à trois nouveaux projets de marinas. La ville de Bizerte qui compte déjà un petit port de plaisance de 150 anneaux, verra sa capacité d’accueil augmenter 700 anneaux grâce au projet Marina Cap 3000. «Les travaux se poursuivent depuis juillet 2009 sous la houlette de Vinci, le numéro un mondial des concessions et de la construction. Le groupe belge s’occupe du volet immobilier (immeubles, restaurants, boutiques…) alors que Vipp Lavori mène la construction de la Marina qui sera prête à l’été 2011», assure Christophe Lacôte, directeur commercial de la société Marina Cap 3000, qui regroupe des hommes d’affaires tunisiens et étrangers.
Selon lui, le nombre d’anneaux au niveau de la marina a été réajusté (de 950 à 750 places) en raison de la réservation d’un espace aux catamarans et aux super-yachts allant de 40 à 110 mètres de long . «Nous avons déjà signé un contrat avec Fontaine Pajot, le premier constructeur mondial de catamarans de croisière qui va mettre toute sa base à la marina», ajoute M. Lacôte, rappelant que la Méditerranée manque cruellement d’anneaux.
D’autre part, la vente sur plan des appartements et commerces prévus dans le cadre du projet va bon train.
Le projet «Marina El Kessour» maintenu
Le deuxième projet de marina est celui de la Baie de Gammarth qui s’étale sur 20 hectares au nord de Tunis, dans le cadre d’un village touristique intégré. La marina, qui aura une capacité de 400 anneaux, sera fin prête pour 2013. Le projet, piloté par le groupe Tunisian Travel service (TTS), comprend également 250 appartements et 124 villas, dont le prix moyen au mètre carré varie de 1 750 à 2 000 euros.
Contrairement aux rumeurs persistantes qui ont circulé ces derniers mois dans les milieux économiques tunisiens, le projet de construction d’une marina à Hergla annoncé par le géant immobilier émirati Emaar n’est pas tombé à l’eau, selon des sources bien informées au ministère de Développement et de la coopération internationale. Quelques problèmes fonciers ont retardé ce projet baptisé «Marina El Kessour». Les premiers coups de pioche devraient, d’ailleurs, démarrer avant la fin de l’année en cours.
A noter que les six ports de plaisance tunisiens (El-Kantaoui, Monastir, Hammamet, Djerba et Sidi Bou Saïd) disposent d’une capacité de 2060 anneaux d’amarrage. De fait, la Tunisie ne pèse que 0,7 % de la capacité d’accueil dans le bassin méditerranéen.


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com