Ghana – Uruguay : Du côté ghanéen : Une grande motivation





Les Black Stars joueront pour une place en demi-finale et surtout pour... l’histoire. Face au redoutable Uruguay, ils partent tout de même à chances égales...
Après avoir disposé, héroïquement, d’une très bonne équipe américaine, les Ghanéens ont toutes les raisons du monde d’espérer aller encore plus loin. La motivation est à son comble et à la différence des autres équipes africaines, euphoriques à l’excès dans pareilles situations, le onze ghanéen semble encore garder les pieds sur terre et ses jeunes lionceaux ont encore de l’appétit et veulent montrer davantage ce dont ils sont capables.
Appiah à la rescousse
La préparation de ce quart de finale contre l’Uruguay n’a point été facile. Le coach Rajevac a vécu ces derniers jours dans l’incertitude. En plus de l’absence forcée de deux des meilleurs éléments, Ayew et Mansah, d’autres joueurs ont du attendre les dernières heures pour avoir le feu vert du staff médical. C’est le cas, notamment, de Gyan Asamoah le buteur de l’équipe qui soufre encore et qui demeure incertain. En tout cas, le sélectionneur ghanéen va devoir opérer des remaniements dans les trois compartiments de l’équipe, avec l’espoir de voir les remplaçants faire aussi bien que les titulaires.
On s’attend, d’ailleurs, à une probable titularisation de Stephan Appiah, le vieux routier et ex-capitaine, ainsi que le stratège milanais Muntari qui a, semble-t-il reconquis la confiance de son coach.
Ainsi, la réussite des Ghanéens dépendra en grande partie de la gestion de l’effectif car, en l’absence de plusieurs titulaires, la tâche devient plus compliquée. En tout cas, les coéquipiers de Annan sont très motivés. Ils auront l’occasion d’écrire une nouvelle page de l’histoire du football africain et d’aller en demi-finales, là où on retrouvera les quatre meilleures équipes au monde. Le défi est très motivant et la manière de jouer des Ghanéens permet d’être optimiste car, objectivement, ils ont les moyens de résister à n’importe quel adversaire et à imposer leur propre jeu.


Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com