Du côté espagnol : Le rêve deviendra-t-il réalité ?





Heureux comme les Espagnols qui planent sur un nuage après le nouveau pas franchit par la Roja qui jouera ce soir l’une de ses plus importantes rencontres, sinon la plus importante de son histoire.
Championne d’Europe en titre, l’équipe d’Espagne se trouve à quelques mètres de la finale de la Coupe du monde, et du seul titre manquant désormais à son tableau de chasse. Ce rêve qui berce tout un peuple sera dans quelques heures entre les pieds des Casillas, Puyol, Xavi, Iniesta, Torres et surtout Villa meilleur buteur actuel de cette Coupe du monde.
L’Espagne, qui est arrivée à ce Mondial avec son impressionnante série de 44 victoires, trois nuls et une défaite pour ses 48 derniers matches, vise actuellement le titre et une première place au classement de la FIFA. Pour réussir ce pari, les Espagnols comptent bien jouer d’égal à égal avec leur adversaire allemand qui tient à sa revanche de la finale de la Coupe d’Europe 2008, et qui en plus part avec les faveurs du pronostic de cette rencontre.
Connaissant parfaitement les points forts et les points faibles des Allemands, l’entraîneur Del Bosque ne compte pas changer son équipe, et même Torres quelque peu critiqué à la pointe de l’attaque est défendu par son entraîneur qui pense qu’il accompli convenablement son rôle et que sa titularisation aujourd’hui ne fait pas l’ombre d’un doute.
Et même si Torres sera appelé à quitter le terrain, le banc espagnol regorge de solutions alternatives. Llorente par exemple s’est distingué, avec deux occasions, en remplaçant Torres contre le Portugal, et Pedro a été à l’origine du but de la victoire contre le Paraguay en tirant sur le poteau. Mata en pointe et Silva, voire Jesus Navas, dans des registres plus excentrés, sont aussi candidats.
Le seul schéma dans lequel Torres sera «sacrifié» du onze de départ, serait pour permettre de titulariser Fabregas pour renforcer l’entrejeu, option choisie par Del Bosque au cours du match contre le Paraguay. D’autant que le milieu est aussi un buteur (19 buts en 36 matches cette saison avec Arsenal, toutes compétitions confondues).
Mais pour battre l’équipe d’Allemagne, l’Espagne aura besoin également d’une défense de fer pour bloquer les Thomas Müller, Klose ou Mesut Ozil capables de surgir de n’importe où et à n’importe quel moment.
Disons enfin qu’en 20 rencontres entre les deux équipes, l’Espagne a gagné à 6 reprises contre 8 aux Allemands, les 6 autres rencontres se sont terminées par des résultats de parité.


Mehdi




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com