Notre Mondial à nous : Peut mieux faire …





Le Mondial africain 2010 tire à sa fin. L’heure des premiers bilans a sonné.
Si du point de vue organisation, on n’a pas eu à déplorer des désagréments majeurs, le côté compétition laisse encore à désirer.
Des six représentants africains, cinq ont «disparu» dès le premier tour. Pire, l’Afrique du Sud, pays organisateur, a signé une première en ratant la qualification au deuxième tour.?
Seul le Ghana a pu s’extirper de ce «Waterloo» et n’eut été la malchance, il aurait pu écrire l’histoire de cette Coupe du monde 2010, en étant la première équipe africaine à accéder aux demi-finales.
Mais globalement, l’Afrique du Sud a réussi son grand pari, comme en témoignent les satisfécits qui pleuvent de partout, n’en déplaise aux plus aigris.
Il suffit aux Africains, en général, de croire en leur bonne étoile d’exploiter à bon escient leurs immenses potentialités pour obtenir de meilleurs résultats. Les équipes africaines doivent être réalistes et laisser parler leur ambition et leur volonté et ils peuvent atteindre leurs objectifs s’ils extériorisent leurs possibilités comme en témoignent la victoire de l’Afrique du Sud contre la France, le nul et la victoire de la Côte d’Ivoire contre la Hollande et la Corée du Nord ou le nul de l’Algérie face à l’Angleterre.
Si l’on jette un coup d’œil objectif sur la plus prestigieuse des compétitions de football, on s’aperçoit que les pays africains peuvent faire mieux s’ils croient vraiment en leurs chances.
La naïveté doit être bannie à jamais, car elle a joué de mauvais tours aux équipes africaines, notamment au cours des rencontres qu’elles ont largement dominées, n’est-ce pas Kaita?
En résumé et malgré tous les déboires, l’avenir n’est pas tout à fait noir ou bloqué pour les équipes africaines qui doivent travailler encore plus pour atteindre le plus haut niveau.


Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com