Marché : L’ODC dénonce l’augmentation des prix et accuse les intermédiaires





L’un des faits marquants de la première quinzaine du Ramadan, cette année, c’est les prix très élevés des fruits et légumes. Une augmentation qui s’est aggravée jour après jour en fonction du gonflement des prix par certaines parties, notamment dans les marchés de gros. Ce qui a suscité l’indignation de l’Organisation de la Défense du Consommateur (ODC) qui condamne sans retenue ces pratiques illégales. Tunis— Le Quotidien Les prix des fruits et légumes ont pris, en effet, un taux croissant depuis les premiers jours du Mois Saint et même quelques jours auparavant. Le phénomène du balancement des prix ne s’est pas arrêté sur ces premiers jours, mais il a persisté durant toute la première quinzaine de ce mois; Pire encore, parallèlement à cette augmentation des prix, plusieurs commerçants n’ont pas laissé échapper l’occasion sans l’exploiter pleinement, en obligeant le consommateur à acheter bien plus cher et en adoptant la stratégie de la vente conditionnée ou le refus de vente. Le problème, d’après des sources auprès de l’ODC, c’est qu’il s’agit d’une augmentation artificielle des prix puisque les fruits et légumes existent en quantités importantes et les agriculteurs vendent leurs produits à prix raisonnables. Ce qui s’est passé, en réalité, c’est que certaines parties dans les marchés de gros sont derrière ce gonflement des prix et cette augmentation inacceptable au niveau des marchés de détail. Face à cette situation inquiétante, l’ODC n’est pas restée les bras croisés. Outre la sensibilisation du consommateur, l’organisation s’est adressée au ministère du Tourisme, du Commerce et de l’Artisanat, pour trouver les solutions capables de mettre un terme à ce phénomène qui ressemble comme deux gouttes d’eau à de l’arnaque pure et simple. L’ODC vient d’exprimer, d’ailleurs, son indignation face à la situation actuelle du marché des fruits et légumes et accuse catégoriquement ce qu’elle appelle les “maillons intermédiaires” qui imposent leur loi entre le producteur et le consommateur. A souligner, en outre, que la situation pour les autres marchés (du lait, des produits agro-alimentaires…) est revenue à la normale depuis le début du Ramadan. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com