Nos plages : Chaffar, haut lieu de villégiature des Sfaxiens





La plage de Chaffar a toujours constitué le refuge estival des habitants de Sfax, avant même l’installation de l’usine NPK en 1964 et l’interdiction des baignades dans les plages de la ville.
En se rendant à la plage de Chaffar, on est bel et bien dans un petit village balnéaire, avec ses centaines d’habitations. Il y a même de petits centres commerciaux avec épiceries et services.
Les Sfaxiens ont bâti cette agglomération. Ceci prouve à qui ne veut pas encore l’entendre que le segment de la villégiature est fort présent dans leur mode de vie.
Ne se sont-ils pas aussi installés à la Chebba, Korba, Mahdia, Hammamet, etc. Ces habitations balnéaires ont graduellement pris la place des «jnens», lieu plutôt continental de villégiature.
La plage de Chaffar est donc un lieu de villégiature très fréquenté par les Sfaxiens. Ils y ont même organisé leurs fêtes, pendant un certain temps pas très lointain, tellement nombre de ces résidences sont spacieuses et ne manquent nullement de commodités.
Un projet touristique
Chaffar est une plage de sable fin, située à 3 kilomètres au nord de Mahres et à 26 kilomètres au sud de Sfax. La zone est rattachée administrativement à la délégation de Mahres et au gouvernorat de Sfax. Elle s’étend sur près de six kilomètres à partir du village de Nakta et rejoint pratiquement la plage de Mahrès.
Depuis les années 1960, la plage de Chaffar a constitué (avec la Chebba) une zone de villégiature pour les Sfaxiens qui y ont édifié des centaines de résidences secondaires.
Actuellement des aménagements touristiques sont en cours de réalisation afin d’accueillir un important tourisme local majoritairement en provenance de Sfax : un village balnéaire et bientôt un village tourné vers le tourisme familial est prévu au sud de la plage.
Un grand projet touristique prévoit l’aménagement de 84 hectares alloués à des unités touristiques d’une capacité d’accueil de 2000 lits.
Centres de loisirs, cafés, restaurants, parkings et hôtels de plusieurs catégories ont été programmés.
Les travaux de construction sont en cours. Une enveloppe de 30 millions de dinars a été allouée à ce projet, qui profitera non seulement aux habitants de Sfax mais aussi aux habitants des villes voisines, qui manquent perceptiblement d’infrastructures touristiques.
Deux associations sont actives afin de consolider l’infrastructure du village et son animation : l’Association de protection du site de Chaffar et le Chaffar Beach Club.
Manque d’entretien
La plage de Chaffar a fini par subir les effets des années d’exploitation intensive sans un intérêt soutenu aux volets environnementaux et préventifs. Le site a graduellement commencé à perdre son lustre d’antan.
Plusieurs aires de la plage de Chaffar sont désormais envahies de manière continue par les algues. Le bord de mer a également perdu de sa finesse.
La responsabilité de cet état de fait est partagé entre les collectivités locales et les estivants. Les premières n’ont pas installé des vide-ordures alors que les seconds n’ont pas fait preuve de civisme, entraînant Chaffar sur une pente descendante.
Beaucoup est donc à faire pour redorer le blason de cette zone.


Mourad SELLAMI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com