Soirées ramadanesques à Ennasr : Ambiance branchée dans des cafés pleins à craquer





Tous les soirs à Ennasr, les cafés et les salons de thé qui se sont multipliés d’une manière remarquable, font le plein d’un public jeune et adulte qui cherche l’ambiance joviale et bon enfant. Tunis - Le Quotidien C’est sans doute un quartier nouveau qui est venu depuis quelques années s'ajouter à ceux d’El Menzah et El Manar. Si une bonne partie de ses habitants s’est offert le luxe des villas, c’est plutôt “la verticale” qui a eu le dernier mot pour le reste de l’endroit. A Ennasr, car c’est de lui qu’il s’agit, ce sont les immeubles, de différents standings qui marquent haut les lieux. En plus de ces immeubles d’habitation, ce sont les cafés, de différents genres, qui se sont multipliés. La rue Hédi Nouira en dit long à ce propos. En effet, l’un à côté de l’autre, cafés et salons de thé créent une animation spécifique aux deux cités d’Ennasr (I et II), notamment par ces temps de Ramadan. Car d’aucuns doutent que certains commerces ont ouvert leurs portes au début du mois saint ou bien à la veille de Ramadan. Le résultat est le même : des files interminables de voitures et des terrasses pleines à craquer. Mardi soir à 22h00 tapantes, les visiteurs d’Ennasr choisissent tantôt de tourner à droite de la fameuse mosquée réputée pour son minaret original, ou alors à gauche. Destination : l’un de ces cafés. Une nuée de cafés D’emblée, les clients qui connaissent déjà ces endroits, savent d’ores et déjà où aller passer la soirée. Alors que d’autres font le tour en longeant la rue Hédi Nouira, à la découverte des différents espaces pour décider où jeter finalement l’ancre. Pour le cas de Khadija, Mouna et Sana, les fois où elles prennent un café à Ennasr après l’Iftar, c’est automatiquement dans le nouveau café du quartier. Celui-ci a été inauguré à trois jours de Ramadan et fait tous les soirs le plein. Une grande terrasse séparée en trois parties - et niveaux d’ailleurs - abrite la clientèle du plein air qui souvent n’a pas le choix d’aller à l’intérieur puisque c’est déjà complet. Et à l’intérieur justement, un lourd investissement a permis la mise en place d’une décoration branchée. Le bleu, le rouge et l’écru mariés, des écrans plasmas et une carte de menu pas vraiment particulière drainent ce soir, comme tous les soirs, une foule monstre. “La café nous plaît, et nos amis préfèrent y rester car c’est tout près de chez eux” soulignent Ryadh et Atef qui jouent tranquillement au Rami, en attendant que le reste de la bande arrive. Clips diffusés non-stop sur les écrans et ambiance “in”, ce café réussit à assurer un plein incontestable depuis les premiers jours de Ramadan. Bouza et Chkobba Un peu plus loin et toujours sur la rue Hédi Nouira, un autre nouveau salon de thé - et restaurant à la fois - qui entrera en service dès la fin du mois du jeûne, a ouvert au public récemment. Rien d’étonnant, puisque les cafés se multiplient de plus en plus au milieu des chantiers encore en cours et sous les immeubles à moitié habités. Ce nouveau salon de thé opte pour une autre formule qui semble correspondre à l’ambiance ramadanesque : une troupe de musique assure l’animation pendant la soirée au grand bonheur des amateurs de la musique et du chant. De ce côté aussi, l’investissement est certainement lourd et c’est l’intérieur effectivement qui en témoigne. Nour, Sarrah, Sonia et leurs amies, viennent pratiquement tous les soirs pour écouter de la musique et déguster le “cappuccino”. De temps en temps, elles changent la commande et prennent des “Assida”, histoire d’être complètement dans l’ambiance de Ramadan. En plus, les filles demandent d’écouter certaines de leurs chansons préférées. “Je réclame à chaque fois une chanson qui me plaît et que j’écoute maintenant depuis trois ans”, nous confie Nour. De ce genre de cafés ou plutôt salons de thé qui engagent des troupes musicales, il y en a encore au moins deux autres à Ennasr à peu près sur la même rue. Chacun a sa clientèle qu’il fidélise dès le départ. Ces espaces proposent, ces jours-ci, les spécialités caractéristiques de Ramadan : Bouza, Assida, Zriga. Mais il y a aussi le Rami, la Belote et la Chkobba qui font plaisir à des clients jeunes et adultes qui fréquentent désormais un endroit déjà connu et où ils sont gâtés. Maryam KADA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com