Rugby à 7 féminin : Les rugbywomen en hibernation





Les rugbywomen tunisiennes viennent de remporter pour la seconde fois consécutive le titre continental du rugby à 7. Au-delà de la victoire finale, c’est surtout la manière avec laquelle la Tunisie a conservé sa place sur le toit de l’Afrique qui est la plus significative.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que nos demoiselles ont survolé la compétition, écrasant sur leur passage tous leurs adversaires. Pour mieux comprendre la supériorité incontestable des Tunisiennes, nous rappellerons seulement qu’en 5 matchs joués, la Tunisie a inscrit 209 points pour ne pas en encaisser un seul.
Dans ces conditions, que pouvez-nous tirer comme enseignement à la suite de cette domination si ce n’est que le groupe doit chercher ailleurs que sur notre continent des adversaires à même de lui permettre son ascension. Ne dit-on pas que la motivation est, pour l’esprit, semblable à de la nourriture. Une assiette seule ne suffit pas.
Effectivement, celui qui n’avance pas recule et la Tunisie risque de tomber dans ce piège car rien n’est fait pour booster nos demoiselles. En effet, depuis leur second sacre, les rugbywomen sont en hibernation. Depuis leur retour du Burkina Faso, elles ne se sont plus rassemblées et n’ont pas participé à la moindre compétition, y compris amicale.
Le sélectionneur national, Tarek Frigui a programmé un stage en juillet. Il a été reporté. La participation à un tournoi amical a été programmée pour la fin du mois d’août. Sera t-elle maintenue ? Ce groupe qui possède des joueuses de grande qualité devra se contenter des tournois de Dubaï en décembre et de Hong Kong en mars. C’est trop peu pour progresser. S’il n’y a pas de continuité dans le travail et dans l’effort, il ne faut pas s’attendre à atteindre un palier supérieur…


A.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com