Dans les coulisses : Un documentaire sur Douz





«Douz… la rose des sables» est l’intitulé d’un documentaire qui vient d’être réalisé par le jeune cinéaste Karim Aouadi, d’après un scénario de Noureddine Bettaïeb qui a à son compte de nombreux ouvrages et recueils de poèmes restituant les atmosphères de Douz. Ce documentaire, dont la durée est de 17 minutes, s’ajoute à une série de publications signées par notre confrère au journal «Echourouk», Noureddine Bettaïeb, à la mémoire de sa ville natale.
De quoi parle-t-on dans ce documentaire ? Produit par l’Association Douz art et patrimoine, le film met en lumière les ambiances festives que connaît la ville, à l’occasion de son festival annuel, organisé chaque année, en décembre.
Lors de cette balade dans les coins et les recoins de ce village, connu à l’échelle mondiale, le réalisateur s’est arrêté sur la vie économique de la ville et surtout sur son marché de bétail, constituant un vrai lieu d’échange entre les commerçants venant de plusieurs villes africaines dont nous citons : la Libye, le Mali, la Mauritanie, l’Algérie, le Niger…
«Le temps qu’il reste» à Monastir
Après «Les secrets» de Raja Amari, le public de la 39e édition du festival international de Monastir découvrira, le 9 août, «Le temps qu’il reste» du cinéaste palestinien Elia Suleiman, sorti en août dernier et projeté en octobre sur l’écran du «CinémAfricArt».
Après «Chronique d’une disparition» (1996) et «Intervention divine» (2002), le réalisateur palestinien Elia Suleiman a choisi de revenir dans «Le temps qu’il reste» sur quelques épisodes da sa vie. Ayant une vocation autobiographique, le film est inspiré des carnets personnels de son père, des souvenirs d’enfance, des lettres envoyées par sa mère aux membres de sa famille exilés. C’est en partant de ces histoires personnelles qu’Elia Suleiman a tissé son film où il relate le vécu d’un grand nombre de Palestiniens vivant sous l’étiquette d’«Arabes- Israéliens». Des Palestiniens qui font de la résistance, refusant, malgré l’occupation israélienne, de quitter leurs terres…
Maradona à Houmt- souk
Les passionnés du football argentin et surtout des aventures et réalisations de sa figure emblématique Maradona ne seront jamais déçus. C’est lors de la soirée du 29 juillet et dans le cadre du festival Djerba- Ulysse que le public découvrira le film documentaire d’Emir Kusturica intitulé tout simplement « Maradona ». Projeté en avant-première au Festival de Cannes 2008, hors-compétition, le film relate la vie du célèbre footballeur argentin Diego Maradona, dévoilant quelques secrets de son parcours sportif.
A voir !


I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com