Vie pratique: Les enfants turbulents et têtus : La manière de les distraire





Maintenant qu’ils sont en vacances, ils deviennent encore plus incontrôlables… Les enfants turbulents passent comme un tourbillon, « ravageant » tout sur leur passage…
A la maison, dans la voiture, dans les restaurants, à la plage ou au bord de la piscine, ils n’en font qu’à leur tête ! Ils ne sont là que pour se dépenser : cris, bagarres, dévastations, accidents…avec tout ce que cela implique comme stress. Du coup, les vacances d’été se transforment pour nombre de parents en un vrai cauchemar… Pourquoi certains enfants ont-ils un tempérament aussi dévastateur et entêté ? Comment composer avec eux? Et s’ils sont rebelles à toute discipline, comment les maîtriser ?
Mme Eya Nasri, psychologue, explique : «Un enfant a besoin de se dépenser et de se défouler… D’ailleurs, tant qu’il bouge énergiquement, cela prouve qu’il est en bonne santé physique et morale. Toutefois, un enfant se montre parfois très turbulent et très entêté et devient donc incontrôlable tant qu’il se rebelle contre l’autorité parentale! C’est là qu’il s’agit d’énergie problématique. En psychologie, on décrit souvent l’enfance comme la période de la crise de l’autorité. Pour les parents, il est difficile de canaliser leur enfant et de se faire écouter. En effet, j’entends souvent les parents se plaindre parce qu’ils ont beau essayer d’occuper leurs petits ou de les plier à l’ordre, les petits se lassent rapidement et redeviennent vite des «monstres».
En fait, un enfant têtu et colérique recherche l’épreuve de force. La meilleure manière de le gérer est que les parents lui accordent de leur temps. Une éducation de qualité passe par la présence et la disponibilité des parents. C’est indispensable pour la construction des enfants. L’enfant vit mal que ses parents ne lui donnent pas assez de temps et d’attention. La majorité du temps, un enfant turbulent essaye de transmettre un message essentiel à ses géniteurs «occupez-vous de moi, sinon je vous oblige à le faire» (en se montrant difficile à gérer). Les parents doivent donc faire l’effort d’être là, de partager les repas avec leurs enfants, de faire des activités ensemble, de leur accorder un petit moment avant de dormir pour les câliner et leur lire une histoire… Ils doivent aussi le récompenser quand il réussit quelque chose ou qu’il a bien accompli ce qu’on lui a demandé de faire comme de ranger sa chambre. Les enfants difficiles ont non seulement besoin d’encouragements mais aussi d’un cadre structuré.
Cela dit, n’oublions pas non plus que les traits de caractère évoluent avec l’âge. Un enfant renfermé et grincheux, pourra très bien devenir un brillant étudiant. L’enfant têtu et turbulent possède une énergie inépuisable. Bien canalisée, cette énergie lui offrira de merveilleuses opportunités. L’enfant à problèmes, même s’il est dur à gérer, recèle en lui des qualités fertilisantes de sa future réussite.
Toutefois, lorsque l’enfant traverse une phase normale d’opposition, il est important que les parents ne cèdent pas et lui prouvent que ce sont eux qui posent les limites. S’il fait, par exemple, un caprice pour rester devant la télé, les parents ne doivent pas céder à sa volonté. Mais il est important d’expliquer à l’enfant en quoi ses comportements ne sont pas adaptés, sans s’énerver. On doit lui expliquer les raisons du refus et lui étaler les éventuelles conséquences. On lui dit par exemple que rester tard devant la télé le privera de sommeil, lui donnera de la fatigue et une baisse de concentration… Cela lui permettra d’accepter plus facilement l’autorité.
L’enfant a en effet besoin d’être à la fois cadré et d’avoir des limites. Il appartient alors aux parents de trouver un équilibre entre ce qu’ils autorisent et ce qu’ils désapprouvent. De plus, il ne faut pas non plus oublier qu’un enfant n’a pas la même notion du temps qu’un adulte. Son attention ne peut pas être soutenue sur un même sujet pendant plus de 10 minutes. D’où l’intérêt de diversifier les distractions et les jeux. Il y a une multitude d’occupation à proposer à l’enfant allant des jouets, des livres et des coloriages aux consoles de jeux électroniques pour les plus grands en passant par les grands classiques de dessins animé et de musique «à chanter» en famille... D’ailleurs, avec un minimum d’effort on peut très bien élaborer un programme de distraction pour les enfants qui leur permettront de s’éduquer, de réfléchir, de se divertir mais aussi de se sentir bien-aimés et la turbulence n’aura plus lieu d’être.»


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com