Ouertani Abdennaceur (Entr. De l’Etoile de Bruxelles) : Un oiseau migrateur





«Nul n’est prophète en son pays», un adage qui sied parfaitement à nos techniciens à l’étranger.
Alors que des techniciens étrangers exercent chez nous et touchent des avantages mirobolants avec des résultats mitigés, les nôtres sont en train de faire des étincelles un peu partout. Si le Golfe détient la part du lion, toutes disciplines confondues, il y a des entraîneurs tunisiens qui monnayent leur talent en Europe et dont le vœu le plus cher est de faire bénéficier leur savoir-faire à leurs concitoyens en Tunisie.
Abdennaceur Ouertani est de ceux-ci. Issu d’une famille sportive, son frère n’est autre que l’ex-directeur technique du ST Mahmoud Ouertani, cet ex-gardien du CAB des années 1978 où il suppléa le fameux keeper cabiste Ghazi, fut international cadet et junior (74-78).
Le célèbre gardien clubiste, Attouga disait de lui: «Ouertani est mon successeur…».
Suite à un malentendu, il émigra en Belgique et plus précisément à Bruxelles où il garda les bois de plusieurs équipes, avant d’échouer à Charleroi.
Dans les années 80, il opta pour la carrière d’entraîneur. Il obtint le Brevet A. Mais c’est surtout le diplôme A de l’UEFA qui lui permet d’exercer partout dans le monde.
Depuis 1987, il entraîne des équipes belges évoluant en division III. Sa dernière équipe est l’Etoile de Bruxelles qui joue au célèbre stade du Heysel. Il a raté l’accession d’un cheveu à la division II, l’année dernière.
D’autres techniciens issus de la même école, à l’instar du Hammam-Lifois Fethi Laâbidi ont exercé chez nous avec des fortunes diverses, alors qu’ils ne bénéficient pas du quart des chances allouées aux entraîneurs étrangers.
Pour la petite histoire Abdennaceur Ouertani a remporté cinq championnats régionaux et fut à l’origine de quatre accessions.
Par ailleurs, il est le seul arabe exerçant en Belgique.


Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com