U.D.U : Un séquestre pour diriger le parti en attendant le congrès ?





Le groupe des “Unionistes libres” vient de saisir le tribunal de première instance de Tunis d’une affaire en référé afin de désigner un séquestre qui gérerait les affaires de l’Union Démocratique Unioniste, en attendant la tenue du Congrès. Plusieurs indices portent à croire qu’ils obtiendront gain de cause d’autant plus qu’ils disposent d’“arguments en béton”... Tunis - Le Quotidien Leur scission a provoqué un tollé l’année dernière. Leurs positions leur ont valu les foudres de la direction du parti. Après de longs mois de “mutisme”, les membres du groupe des Unionistes libres viennent de saisir le tribunal de première instance de Tunis d’une affaire en référé afin de désigner un séquestre pour gérer les affaires du parti jusqu’à la tenue du congrès. Leur requête semble se baser sur des arguments percutants et irréfutables. D’après M. Fayçal Zemni, l’un des membres du groupe des Unionistes libres, “le jugement en référé qui sera prononcé lundi 17 novembre courant annulera tous les actes et toutes les décisions prises par les structures du parti à partir de juillet 2003”. Et d’ajouter: “Le mandat des membres du Bureau politique, du secrétaire général et d’autres structures a expiré en juillet 2003 sans que le Congrès se tienne”. Pour combler les “vacations”, les Unionistes libres appellent à la désignation d’un séquestre par le tribunal pour qu’il dirige le parti et prépare la tenue du Congrès. D’autre part, le tribunal de première instance de Tunis rendra son verdict le même jour sur l’opposition faite par le député et membre du Bureau politique du parti, M. Ahmed Ghandour, au gel de ses activités par la commission de discipline. W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com