Commerce des livres : A prix moins chers…, lecteurs plus nombreux !





Les efforts de promotion des livres se sont multipliés ces dernières années en Tunisie afin d’encourager et de pousser de plus en plus les gens à la lecture. La preuve en est, l’année 2003 a été mise sous le signe de «l’année du livre». On a également assisté, ces derniers temps, à plusieurs expériences visant à développer et à promouvoir le commerce des livres, dont certaines qui ont opté pour les livres à «petits prix». Tunis — Le Quotidien Le commerce des livres a été, longtemps, basé sur des formes classiques qui avaient souvent des effets négatifs sur la propension des gens à «consommer» le livre. Ces formes classiques consistent, en effet, à vendre les livres à des prix élevés qui dépassent 10 ou 20, voire 30 dinars et qui ne sont donc pas à la portée de toutes les bourses. A contre-courant, un espace adossé à un grand centre commercial de la capitale avait apporté depuis sa création en 1996 une nouvelle technique spécialisée dans la vente à petits prix, pour attirer le public des lecteurs et les encourager à s’offrir des livres. Les prix varient, chez ces établissements, entre 3 et 4,8 D pour les livres spécialisés dans l’informatique, entre 2 et 12 D pour les livres spécialisés dans les beaux arts, et même 1 D pour des livres à grande consommation tel que les romans et autres livres de divertissement. M. Mohamed Ryadh Abderrazak, gérant et fondateur de cet espace, nous précise que ces prix réduits sont fixés en fonction de l’importation à grande quantité des livres. «Ce type d’importation nous permet de négocier les prix et de fixer par la suite des prix moins chers que les autres et à la portée de tout le monde», ajoute notre interlocuteur M. Abderrazak souligne, en outre, qu’il présente des livres à caractère encyclopédique luxueusement reliés à des prix incroyables qui ne dépassent pas les 1 ou 2 dinars, et ce pour attirer plus de clientèle. De leur côté les quelques lecteurs qu’on a rencontré dans, ce magasin, semblent beaucoup apprécier les prix bien qu’ils aient quelques réclamations, en ce qui concerne l’édition. Les livres n’ont pas d’âge M. Riadh Hrabi, un architecte rencontré dans ce «show room» du livre, précise que les prix affichés sont à la portée de toutes les bourses et encouragent les gens à consommer davantage de livres. Et d’ajouter que ces prix bas entrent, à son avis, dans le cadre d’une période de remises pour écouler des livres qui sont dépassés et réduire le stock des livres. Cependant c’est une occasion importante car les livres n’ont pas d’âge», souligne-t-il. De même Mme Alia Chedli, fonctionnaire estime que ces prix encouragent beaucoup les gens à acheter les livres. Mme Chedli pense, également, que ce serait plus intéressant, s’il y avait des remises sur les prix des nouvelles éditions en parallèle avec ces prix des anciennes éditions. Pour sa part, M. Mohamed Ryadh Ben Abderrazak, nous précise que les prix réduits ne touchent pas uniquement les anciennes éditions, mais également certaines éditions qui datent de 2001 et même 2003 et qui sont vendus à des prix pratiquement dix fois moins chers que les autres. Et de rappeler que les prix ne varient pas selon l’ancienneté de l’édition, mais selon la quantité importée. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com