Internet haut débit (ADSL) : Une technologie à multiples avantages, mais à un prix très élevé





La technologie de l’accès à Internet par mode ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line) ou la ligne asymétrique d’abonné numérique, présente sans doute la solution aux multiples problèmes de la connexion qui marquent la technique classique. Toutefois, en Tunisie, l’affluence à cette technologie reste toujours en deçà des attentes, faute, peut-être, des tarifs appliqués par les fournisseurs des services Internet (FSI), qui semblent être loin de la portée de tout le monde. Tunis— Le Quotidien L’ADSL est, en fait, une technologie d’accès à l’Internet haut débit, permettant de doper les capacités de transmission des données à travers la ligne téléphonique. L’internaute parvient ainsi à gagner du temps lors de la navigation puisque la ligne ADSL favorise une vitesse de communication élevée et constante. La sélection à l’arrivée dans Internet qui peut durer jusqu’à une demi minute avec un modem analogique, serait supprimée avec une connexion ADSL. L’internaute se trouvera en ligne en l’espace de quelques secondes. Ces avantages techniques n’ont pas été traduits tout de même par une grande affluence en terme de nombre d’abonnées. Car, jusqu’au mois d’août 2003, les abonnés ADSL servis par l’Agence Tunisienne d’Internet et les différents FSI privés ne représentent qu’une très modeste portion de l’ensemble d’internautes abonnés en Tunisie. Les abonnés au service haut débit sont, en effet, limités à 87 clients, sur une totalité de 3330 (d’après les statistiques du mois d’août 2003 fournis par l’ATI), soit 2,6%. Ces chiffres, qui restent très modestes, trouvent leurs origines dans des contraintes techniques et tarifaires. Pour ce qui est des causes techniques, l’accès au réseau d’Internet haut débit nécessite obligatoirement que le client soit dans une zone couverte par le réseau d’ADSL. Ce réseau kilobits/seconde (kbps et 384/1024 kbps. Chez des FSI n’est pas largement étendue vu le coût très élevé des équipements et de l’infrastructure nécessaire. S’ajoute à ce premier handicap, la tarification appliquée pour accéder à ce service. Pour l’ATI, par exemple, les frais d’abonnement mensuel à la technologie ADSL varient entre 100 et 700 dinars pour une connexion à débit variant entre 064/128 FSI privés, les tarifs d’un abonnement ADSL sont fixés, toujours en fonction de la durée et du volume du débit. Pour un abonnement semestriel à un débit de 128/64 kbps, les frais sont de l’ordre de 720 DT. Le tarif augmente pour atteindre 4800 DT pour un abonnement annuel à 512/256 kbps. S’additionnent à ces différents abonnements les frais d’ouverture fixés à 400 dinars. Les fournisseurs d’Internet en Tunisie offrent, ainsi, un service qui leur coûte très cher au niveau de son installation. Ceci ne leur permet toujours pas de garantir une tarification de vente qui correspond aux capacités de paiement de l’internaute tunisien moyen. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com