Radar automatique : Tous les chauffards sont concernés !





Le radar automatique ne cesse de faire couler beaucoup d’encre, des milliers d’infractions, des délits et des crimes de route sont déjà enregistrés et les pénalités donnent des sueurs froides aux amateurs de vitesse…
En avril dernier, les amateurs de vitesse et les autres chauffards ont appris la mauvaise nouvelle : le radar automatique est entré officiellement en service. Deux semaines plus tard, le ministère des Finances a annoncé le relèvement de 12 000 infractions au Code de la route. Un chiffre impressionnant qui a été aussitôt expliqué par un manque de bonne médiatisation et une ignorance, quant au démarrage du flashage donnant lieu à contravention.
Par suite, un numéro vert a été mis à la disposition des contrevenants potentiels pour vérifier s’ils ont été verbalisés, et si oui, quel est le montant de l’amende dont ils sont passibles.
Le 81100700, est en effet un serveur vocal qui renseigne l’appelant sur l’infraction dont il s’estime être coupable , et sur le montant de l’amende qui court sur une période de 40 jours, au terme de laquelle elle est doublée en cas de non-paiement, et donnerait lieu à une suspension du permis de conduire, au cas où l’amende n’aurait pas été payée avant la fin d’un délai de 55 jours, à partir de la date de notification.
Les amateurs de vitesse n’ont pas tardé à appeler le numéro vert de peur de cumuler les pénalités avec, pour la plupart, absence d’adresse exacte pour recevoir les PV. Jusqu’à la mi-juillet, le centre d’appels et de renseignements a reçu 98538 appels et le nombre est prévu atteindre les 100 mille appels vers la fin de l’année.
Pour le moment, quelque 70 mille infractions ont été relevées par le radar fixe, et 28 mille amendes ont été payées. Le paiement en ligne sera bientôt instauré. Cependant, il convient de signaler que des milliers de permis de conduire sont suspendus sans que leurs titulaires en soient informés. Ceci est très grave et peut engendrer plusieurs problèmes en cas d’accidents mortels. Selon le ministère des Finances, la majorité des contrevenants, ne résident pas à l’adresse indiquée dans leurs cartes d’identité. De cette façon, ils demeurent injoignables jusqu’à ce qu’ils s’affichent pour vérifier leurs pénalités. Selon la même source, la meilleure solution est d’appeler le 81100700 pour vérifier ses infractions.
Concernant, nos concitoyens résidents à l’étranger, des centres d’information et de payements seront mis à leur disposition. Il est à noter que ces centres seront localisés près des postes frontaliers, des ports et des aéroports afin de leur faciliter l’accès aux informations.


Samah MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com