Trois soldats et un journaliste libanais tués : Bruit de bottes au Sud Liban





Trois soldats et un journaliste libanais ont été tués ainsi qu’un haut gradé israélien, selon un responsable des services de sécurité libanais, lors d’affrontements hier à la frontière entre Israël et le Liban.
Le Quotidien-Agences
Il s’agit des incidents les plus sanglants à la frontière entre les deux pays encore techniquement en guerre depuis le conflit destructeur de 2006 entre l’Etat hébreu et le Hezbollah chiîte.
«Trois soldats libanais ont été tués, un journaliste a été tué et un civil a été blessé», a précisé ce responsable sous couvert de l’anonymat. «Nous avons également des informations sur un soldat israélien gravement blessé», a affirmé un responsable de services de sécurité.
Une autre responsable de sécurité a indiqué que les Israéliens appelaient à un cessez-le-feu pour pouvoir évacuer les soldats israéliens blessés.
La télévision du Hezbollah chiîte Al Manar a indiqué de son côté qu’un «haut gradé» israélien a été tué. Israël a fini par confirmer l’information.
Al Manar a indiqué par ailleurs que son correspondant dans le Sud Ali Cheaïb, a été légèrement blessé.
Auparavant, un porte-parole de l’armée libanaise avait affirmé qu’en fin de matinée, «des affrontements ont éclaté entre les deux parties à la frontière dans le secteur d’Aadaissé, après que des soldats israéliens eurent tenté d’arracher un arbre du côté libanais».
Aadaissé se situe dans le secteur est du Sud du Liban, à 30 km à l’Est de la ville côtière de Sour.
«Les soldats israéliens ont commencé à tirer, l’armée libanaise a riposté», a précisé le porte-parole.
«Une maison à Aadaissé a été touchée par un obus (bien obus) tiré par un char israélien», a souligné le porte-parole. Selon un correspondant de l’AFP à Aadaissé, une deuxième maison a été touchée.
Tirs d’obus
Un responsable des services de sécurité présent dans la zone a affirmé que les «soldats israéliens ont tiré quatre obus qui sont tombés près d’une position de l’armée libanaise à Aadaissé et l’armée a riposté».
L’armée israélienne a de son côté prétendu que des tirs avaient eu lieu à la frontière libanaise contre des soldats israéliens.
«Des forces israéliennes menant des travaux en territoire israélien entre la barrière de sécurité et la frontière internationale ont essuyé des tirs», a précisé un communiqué.
La Force des Nations unies au Liban (Finul) appelle à un «maximum de retenue», a indiqué le porte-parole de la force onusienne Neeraj Singh, qui a confirmé l’échange de tirs.
Israël a averti le Liban des «conséquences» que pourrait avoir d’autres «violations de la résolution 1701 du conseil de sécurité de l’ONU», dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU a mis fin à la guerre dévastatrice qui a opposé en 2006 Israël au groupe chiite libanais Hezbollah, et renforcé la Finul, chargée de superviser un cessez-le-feu entre les deux ennemis.
Le Président libanais Michel Sleimane et le Premier ministre Saad Hariri ont pour leur part dénoncé une «agression» israélienne.
A l’été 2006, à la suite de l’enlèvement par le Hezbollah de deux soldats israéliens à la frontière, un conflit destructeur de 34 jours a opposé l’Etat hébreu et le parti chiîte, tuant plus de 1.200 Libanais, en majorité des civils, et 160 Israéliens, en majorité des militaires.
Israël n’est pas parvenu à briser les capacités militaires du Hezbollah, empêcher les tirs de roquettes vers son territoire et obtenir la libération des deux soldats capturés dont les dépouilles lui ont ensuite été remises.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com