Jeunes femmes chefs d’entreprises : La femme se taille une place au soleil





La Chambre nationale des femmes chefs d’entreprise (CNFCE) a organisé, hier au siège de l’UTICA, une conférence nationale sur le thème « femme et initiative privée : rôle des jeunes femmes chefs d’entreprise dans la réalisation des objectifs futurs ».
Ont pris part à cette manifestation plusieurs représentants des différentes structures gouvernementales et de la société civile, à l’instar de Mme Naziha Zarrouk, membre du bureau politique du RCD, de Mme Fouzia Sléma, présidente de la CNFCE, de Mme Salwa Tarzi Ataya, présidente de l’Union nationale de la femme tunisienne, de Mme Saïda Agrebi, présidente de l’Organisation tunisienne des mères et de M. Mohamed Ben Abdallah, PDG de l’Agence de la promotion de l’investissement et de l’innovation (APII), ainsi que bon nombre de femmes chefs d’entreprises.
L’investissement a été, depuis quelques années, l’un des axes d’intérêts les plus importants en Tunisie, vu son apport sur le plan économique et la création de postes d’emploi.
Cet intérêt a été porté surtout pour les jeunes investisseurs afin de les encourager à se mettre à leur propre compte ; les jeunes femmes chefs d’entreprise ont profité de ces encouragements pour se frayer un chemin et devenir un partenaire actif dans le processus économique. Actuellement, 18 mille femmes sont adhérentes à la CNFCE, ce qui montre clairement l’importance de son rôle, quant à l’évolution économique de la Tunisie.
Dans son intervention, Mme Naziha Zarrouk a mis l’accent sur l’importance du développement des potentialités et des compétences chez la femme, ce qui se concrétise par l’état actuel des lieux, où 60% des étudiants, 44% des professeurs universitaires et 47% des chercheurs sont des femmes.
M. Mohamed Ben Abdallah a rappelé les mesures prises afin d’encourager les initiatives et le rôle des structures de soutien, en instaurant le principe de la liberté de l’investissement. Les secteurs prioritaires pour l’exonération des impôts sont les entreprises dédiées à l’exportation, le développement régional, le développement agricole et la promotion des technologies et de la recherche pour le développement.
Mme Saïda Agrebi a mis en exergue l’importance de la femme dans le processus économique tunisien et le rôle qu’elle joue dans l’évolution socio-politique et du développement. Elle a appelé les jeunes femmes d’affaires à se pencher sur les nouveaux métiers et surtout les métiers de proximité (auxiliaires de vie, baby sitter…).
Le rôle de la société civile dans la promotion et l’encouragement des initiatives des jeunes femmes d’affaires a été débattu lors de la conférence de Mme Salwa Tarzi Ataya.
La conférence a été clôturée par des témoignages de jeunes femmes chefs d’entreprises qui ont échangé leur savoir-faire et leurs expériences.
La conférence nationale sur le rôle des jeunes femmes chefs d’entreprise dans la réalisation des objectifs futurs a été l’occasion de prouver la place de choix que celles-ci occupent sur le plan économique.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com