Tunis : La lune de miel en prison





Lorsqu’il s’est présenté pour demander la main de sa dulcinée, il a laissé entendre à ses beaux-parents qu’il rendrait heureuse leur fille. Et ce ne sont pas les moyens qui manquent. Alors à mariage exceptionnel, budget exceptionnel surtout quand signer des chèques en blanc ne signifie rien pour ce prince charmant qui va se trouver impliqué dans une affaire qui porte sur trente mille dinars risquant au passage jusqu’à cinq ans de prison. Du coup le mariage qui, en principe, est synonyme de sécurité et de responsabilité, peut se transformer en une véritable catastrophe.
L’affaire suivante en est la preuve irréfutable. L’accusé est un jeune époux qui, au lieu de mener une vie conjugale sereine et stable, s’est trouvé impliqué dans une affaire d’émission de chèques sans provision.
Tout a commencé lorsqu’en préparant son mariage, ce jeune fonctionnaire a eu à faire face à des dépenses lourdes. Entre la chambre à coucher, le salon, les équipements électroménagers et les frais de la cérémonie ainsi que les exigences de sa belle-famille, le malheureux fiancé était contraint de s’endetter pour honorer ses engagements.
Du coup, il s’est mis à signer les chèques pour pouvoir financer ce projet de mariage. Des meubles par-ci, des bijoux par-là et au final le malheureux n’avait découvert que tardivement qu’il était redevable envers ses créanciers d’une importante somme d’argent estimée à trente mille dinars.
Les fournisseurs ont alors saisi la justice.
Interrogé, le jeune fonctionnaire a reconnu les faits avant d’être traduit devant la justice. Devant la cour, l’accusé a demandé à être libéré pour payer ces chèques.
Une demande rejetée par la cour qui a estimé que son avocat peut contacter les créanciers et les rembourser. L’affaire a été reportée à une date ultérieure.


M.B.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com