Contre-plongée : A chacun sa saison





Si, en Tunisie, la saison cinématographique s’achève au mois de juin, pour permettre aux salles obscures de prendre leurs vacances et pour profiter également d’une rénovation, sous d’autres cieux (En Amérique et en Europe), la saison démarre au mois de juillet ! Et c’est à une avalanche de sorties que les spectateurs américains et européens sont conviés, en sus des milliers de touristes de passage qui en profitent. Aux antipodes!
On ne peut, dans ce genre de cas, établir une comparaison étant donné le nombre de salles, de films de nouveautés et de spectateurs. Un autre monde qui n’a pas encore tué le cinéma et qui fait la part des choses quand il s’agit de spectacles et de projections cinématographiques. Mais peut-on au moins parler de saison en Tunisie ? Il serait bon d’abandonner les anciennes formules et de prolonger la saison cinématographique durant l’été, vu, le nombre de touristes et de Tunisiens résidents à l’étranger qui reviennent au pays, chaque été. Il serait bon de s’occuper encore plus et mieux des salles sur la place et d’essayer d’en construire d’autres. Pourquoi pas ? Car, avec le système des projections de nouveautés en 3D, cela pourrait aller parfaitement et raviver la passion du cinéma, comme au bon vieux temps des salles obscures. Mieux encore, pourquoi ne pas réserver pour l’été chez les exploitants des espaces en plein air pour les projections nocturnes ? Une nouvelle forme de spectacle et d’animation des villes naîtrait. Et avec l’avènement de Ramadan, en plein été, les veillées se prolongent et se multiplient, encore mieux qu’en hiver ! Et ce sera pour les six prochaines années que nous aurons un Ramadan estival. Alors, rêvons d’une autre saison cinématographique à la Tunisienne, en été et ramadanesque, en plus !


Lotfi BEN KHELIFA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com