Souk Moncef Bey : Trente cinq mille dinars disparus





La sixième chambre criminelle relevant de la Cour d’appel de Tunis a examiné récemment une affaire qui porte sur le vol d’une marchandise d’une valeur de trente cinq mille dinars dont l’auteur est un jeune âgé de trente-deux ans… C’est suite à une plainte déposée par le gérant d’un magasin situé du côté du Souk Moncef Bey que l’enquête a démarré. Le plaignant reproche à l’un de ses employés d’avoir volé deux valises contenant des portables estimés à douze mille dinars et la somme de vingt deux mille dinars en liquide. Cet incident a coïncidé avec la disparition de l’un de ses employés. Donc, les soupçons ont été dirigés vers ce premier suspect. Une enquête a été alors ouverte et qui a abouti à l’arrestation de cet employé. Ce dernier a pris la fuite, choisissant de se réfugier dans sa ville natale située à l’intérieur du pays. Interrogé, il a nié formellement les faits, déclarant qu’il s’agit d’une accusation dénuée de tout fondement. Il est allé jusqu’à accuser son patron d’avoir monté toute cette histoire afin de se justifier auprès de ses associés. Car c’est justement le patron qui se serait emparé des portables et de l’argent en question. Traduit devant la Cour d’appel de Tunis, l’accusé a continué à nier les faits. Il a été appuyé dans ses dires par son avocat qui a estimé que le dossier de cette affaire est vide de toute preuve matérielle susceptible de peser contre son client. Après quoi, la Cour s’est retirée pour rendre son verdict.


Myriam Ben Salem




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com