Le meilleur régime alimentaire pendant Ramadan : A la marocaine





Après des heures d’abstinence, lors de la rupture du jeûne, la table ramadanesque chez les Tunisiens est ornée de toutes les couleurs. Gras, salé, sucré, épicé… tout y est. Est-ce bon pour la santé ?
Suivant les régions, chaque famille tunisienne a son propre rituel durant le mois saint. Pour certains, il n’y a pas d’Iftar sans couscous ou macaronis, pour d’autres ce sont la soupe et les salades qui sont un must et entre les uns et les autres, les bricks ont la vedette au quotidien. Mais peu importe la région, de manière générale, la table de l’Iftar est très bien garnie; les mets sont hypercaloriques et cela peut engendrer moult complications. Le Dr Taïeb Doghri, professeur en nutrition, nous propose aujourd’hui, le menu idéal pendant les journées ramadanesques.
«Qui dit Ramadan, dit aussi cuisine. Les mères de familles varient les mets et les plats. Et chaque famille a ses propres habitudes durant Ramadan. Loin de changer radicalement d’habitude, on essayera seulement d’expliquer comment les nutriments sont assimilés et c’est à chacun de savoir ensuite comment réguler les «pendules».
Je suppose que tout être à jeun, interrompt son jeûne avec de l’eau. Il n’y a pas à dire, c’est la meilleure façon de commencer l’Iftar. De fait l’eau traverse rapidement tout l’organisme, et irrigue tout le corps. Le plus, si l’on n’a pas de problème de reflux gastrique ou d’ulcère, serait d’ajouter le jus d’un demi-citron au grand verre d’eau avec lequel on interrompt le jeûne. Cela facilitera le passage des aliments et permet de mettre les choses en marche. Ensuite, certaines personnes prennent des dattes. C’est une habitude islamique qui va avec notre sunna et elle est aussi à encourager parce que le corps aura besoin de sucre. Mais il ne faut pas en abuser, deux dattes suffisent.
A priori, l’eau et les dattes sont les dénominateurs communs chez tous les musulmans lors de la rupture du jeûne. Certaines personnes prennent ensuite du lait. Si l’on prend du lait, on aura aussitôt une sensation d’être rassasié. La personne se sentira ensuite incapable de continuer de manger dans l’immédiat. C’est une habitude très respectée au Maroc. A vrai dire, ce genre de rupture de jeûne est apprécié par les spécialistes de la nutrition. Parce que si l’on prend du lait avec quelque chose de sucré, cela ressemble au petit-déjeuner et l’on pourra donc prendre quelques heures après le repas de l’iftar qui équivaut au déjeuner et pour finir le s’hour qui sera considéré comme le dîner. Ainsi, on aura gardé nos trois repas essentiels.
On peut donc suivre cette habitude, on commence avec de l’eau citronnée, deux dattes, du lait et si on veut on y ajoute un petit bol de soupe (chorbet frik, lsen asfour, sder, hsou, broudou…) puis on ne mange plus pendant au moins une à deux heures. Les gens peuvent entre-temps aller faire leurs prières de Tarawih et une fois de retour chez eux, ils peuvent prendre leur repas essentiel.
Le meilleur menu de l’Iftar sera donc pris vers 22 heures du soir. On prend idéalement une bonne salade, un plat de résistance et des bricks. Ici, je dois absolument mettre en garde les personnes qui ne veulent pas prendre du poids durant ramadan, il ne faut pas qu’il y ait deux plats de résistance ! Si on mange des pattes (macaroni, lasagne, couscous, riz…), il ne faut pas prendre un autre plat avec du pain ! Et si l’on mange des tajines, ou des farces, sous prétexte qu’ils ne sont pas consommés avec du pain, il faut alors ôter les bricks parce que la farce contient déjà des aliments gras comme les œufs et le fromage. Et on termine idéalement avec des fruits. On peut manger trois fruits ou cinq à six morceaux de pastèque.
Durant la soirée, l’idéal est de prendre du thé et des fruits secs. Si l’on est des adeptes des pâtisseries, on peut en prendre mais en petites quantités. Il est préférable que ces sucreries soient à base de fruits secs.
Ensuite, vient le véritable repas : le s’hour. C’est durant ce repas, à base de céréales qu’on doit manger le plus. On doit essentiellement prendre des pâtes (masfouf, couscous, macaronis, riz, mhalbia…), on prend aussi obligatoirement une bonne quantité de lait, des produits laitiers (fromage blanc, yaourt) et des fruits et légumes (tomate, laitue, concombre, pastèque, ananas, poire, pomme…). Ce repas demandera du temps pour être digéré et le corps tiendra au moins 3 à 4 heures sans soif ni faim; ainsi on ne risque pas d’être fatigué dès le matin».


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com