Circulation routière : Les radars automatiques se redéploient





La répression de l’excès de vitesse se renforcera avec le déploiement d’une dizaine de nouveaux radars  automatiques sur plusieurs axes routiers représentant des «points noirs».
Décidément, l’impact des radars automatiques sur la sécurité routière s’avère très positif. Selon des sources bien informées au sein de l’Observatoire de la sécurité routière, les accidents de circulation ont diminué de 30% dans les zones où ces radars fixés ont été installés. Et c’est pour cette raison d’ailleurs que le ministère de l’Intérieur et le ministère des Finances s’apprêtent à déployer une dizaine de nouveaux radars automatiques sur de nombreux axes routiers, représentant des «points noirs», c’est-à-dire où le nombre d’accidents dûs à l’excès de vitesse est très élevé.
Les appareils de contrôle de vitesse des véhicules devraient notamment faire leur apparition sur l’autoroute Msaken-Sfax, l’autoroute Tunis-Bejà ainsi que sur les principales routes nationales et certaines routes reliant Tunis à ses banlieues.
Les zones d’installation de ces nouveaux radars ont été choisies sur la base du dernier rapport d’un comité ministériel chargé du classement des points noirs en matière de sécurité routière en fonction du nombre et de la gravité des accidents enregistrés chaque année.
Jusqu’ici douze radars fixes seulement ont été installés sur l’autoroute Tunis/M’saken, l’autoroute Tunis/Bizerte, à Hammam Sousse, ainsi que sur les routes-express : la GP9 Tunis/la Marsa, la route de Raoued, le boulevard 7-Novembre, et la GP 8 (route Tunis/Bizerte).
Notification par SMS et via Internet
Ces radars déjà installé flashent quotidiennement en moyenne depuis leur mise en service, le 12 avril dernier, entre quelque 1100 automobilistes qui dépassent les vitesses réglementaires, ce qui porte le nombre total des infractions soulevés à près de 200.000 en moins de cinq mois.
Les radars itinérants continuent également à être déployés sur nos routes, et à surprendre des automobilistes en infraction.
D’autre part, le système de notification des infractions sera bientôt amélioré grâce à l’entrée en service de nouvelles techniques. Outre le centre d’appel : 81 100 700 que les automobilistes peuvent appeler pour savoir s’ils ont été pris en flagrant délit et se renseigner sur les infractions, la consultation des infractions sur Internet sera prochainement possible. Le site Internet conçu à cet effet est fin prêt.
Un système de notification par messages écrits sur les téléphones portables (SMS) est, par ailleurs, en cours de développement. Sur une simple inscription à un centre de messagerie spécifique et multi-opérateurs, l’automobiliste peut recevoir sur son portable toute infraction consignée à son encontre.


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com