Consommation pendant Ramadan : Les protéines coûtent cher !





Les protéines, qui sont si capitales pour notre équilibre alimentaire, semblent de plus en plus dures à assurer alors que les prix des produits qui les contiennent s’enflamment.
Les protéines, qu’elles soient d’origine animale comme les œufs, poissons, laitages, viandes… ou végétale comme les céréales, les légumineuses… sont absolument nécessaires à notre équilibre alimentaire. Dans notre alimentation, les protéines sont désagrégées durant la digestion qui, en fin de processus, nous fournit les acides aminés dont notre organisme a besoin.
Nous nous efforçons donc de trouver le moyen d’organiser notre alimentation de telle manière que nous ne manquons jamais d’un apport aussi vital. Une conviction qui devient encore plus forte lors du long passage du mois de ramadan où il s’agit, pour chacun d’entre-nous, de pouvoir rester à la hauteur des charges quotidiennes professionnelles et familiales. On connaît la formule : Protéines = énergie et tout cela semble évident. Mais il faut également reconnaître que les longs jours de jeûne ont l’effet d’exagérer les besoins de consommation, particulièrement du côté des protéines qui englobent les produits les plus coûteux.
Et nous voilà devant les échoppes où sont exposés les poissons, les viandes de toutes sortes… Car nous avons fait un peu le tour pour avoir aussi bien une information localisée sur chaque produit qu’une vue globale qui nous indique la tendance du marché. Nous avons d’ailleurs choisi l’un des plus représentatifs de la capitale : le marché central.
Surprise, surprise… les prix sont loin d’être tendres surtout du côté du poisson. Mais commençons par le plus accessible ; le poulet dont le prix va de 4 à 7,5 dinars (une variation entre poulet entier achat par morceaux de choix). Vient ensuite le filet de bœuf à 14 dinars et le foie à 16 dinars, quand même !
Retour au poisson, et là il faut garder son calme car les prix se sont enflammés à l’image de la chaleur de ces jours de l’avant-dernière semaine d’août. Les rougets caracolent nonchalamment à 18,6 dinars le kilo, les soles ne descendent pas au-dessous des 16,8 dinars, des daurades naines à 14,8 dinars… Les protéines coûtent cher, c’est le moins qu’on puisse dire !
Autres sources
Que faire alors ? Simplement se rabattre sur les autres aliments riches en protéines mais qui n’ont pas la saveur incomparable des viandes et des poissons. Et là, nous avons évidemment en première position les œufs dont nous usons d’ailleurs très copieusement pendant le ramadan, entre bricks, tagines…
Il y a évidemment les produits laitiers concentrés ou secs comme le fromage. On a également les céréales complètes les légumes secs comme le soja, les lentilles, les haricots secs…
Il reste encore le pain, les pâtes alimentaires, le riz… et nous pouvons aussi compter sur les fruits secs et les oléagineux (amandes, cacahuètes, noisettes, noix, noix de cajou, pignons, pistaches) pour nous fournir en protéines. Et, de la sorte, il y en a pour toutes les bourses !


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com