Facebook : Une arme à double tranchant





Créé pour être un réseau social, facebook a désormais acquis de nouvelles fonctionnalités liées à son utilisation massive.
Le nombre de facebookeurs tunisiens ne cesse d’augmenter d’une heure à l’autre. Cette application, qui a réussi à conquérir les grands et les petits, est devenue un pain quotidien pour la majorité de ses utilisateurs; les sociologues parlent même d’un phénomène de dépendance. Le facebook est-il une application qui a beaucoup facilité la vie des Tunisiens ? Où bien est-il devenu un moyen libre et sans contraintes pour porter outrage à autrui ?
Le temple de l’information
Parvenant à réunir les personnes et les institutions du monde entier, facebook est devenu le meeting incontournable pour échanger les informations ; on y trouve de tout : des Organisations non gouvernementales (ONG), des représentants des gouvernements, des équipes de football, des liens vers des sites Internet d’informations…. Le facebook est désormais le temple des news. «Facebook nous a tellement facilité la vie. Il suffit d’un clic pour avoir accès à n’importe quelle information, partout dans le monde. C’est une source incontournable d’infos», témoigne Rim Touzri, une jeune mordue de facebook.
Pour avoir accès à l’information sur facebook, il suffit juste d’actualiser la page «files d’actualité». Un simple clic, et un énorme flux d’informations surgit sur votre écran. Des informations sur les stars du cinéma, les joueurs de football, les derniers news locaux et internationaux…. C’est dire à quel point ce réseau social a simplifié l’accès à l’information.
Avec l’ensemble des applications qu’offre facebook, la divulgation de l’information ne requiert plus d’énormes efforts. Il suffit de créer un groupe ou une page perso pour y mettre l’ensemble des informations. Afin de simplifier l’information et lui donner de la crédibilité, il n’y a pas mieux que les séquences vidéo, un outil des plus répandus sur le réseau social. Certains en ont même fait un outil de travail incontournable comme les organes de presse électronique qui diffusent leurs articles sur le réseau social du réseau, afin de promouvoir leur site et attirer les lecteurs. La diffusion de l’information sur facebook se fait systématiquement; il suffit qu’une personne publie une nouvelle pour que le reste de ses amis puissent la partager, puis les amis de ses amis et ainsi de suite jusqu’à ce que cette information circule partout. Facebook est également un moyen pour attirer l’attention sur un sujet précis, comme c’est le cas de l’affaire de Sara, la petite fille disparue récemment. Des groupes et des pages ont été créés afin d’aider à la retrouver.
Cependant, le facebook n’est pas uniquement un moyen pour diffuser l’information et promouvoir les nobles causes. Il est également l’endroit préféré pour lancer des injures et des attaques envers autrui.
Des pratiques louches
Facebook a, certes, facilité l’accès et la diffusion de l’information, mais il a également simplifié les atteintes envers autrui. Le processus est le même pour diffuser une info; il suffit de créer une page ou un groupe dédié pour insulter une personne pour que ces injures se diffusent sur tout le réseau. Pis encore, tout le monde prend part à ces injures, vu qu’il n’y a pas de barrières ou de garde-fous (sanctions). «Malheureusement certains utilisent le facebook pour porter atteinte aux autres. C’est vrai que l’application facilite cette pratique, mais je pense qu’il s’agit d’abord d’une mentalité qu’il faut absolument changer», affirme Badia Bouslah, un jeune facebookeur.
Le réseau social le plus en vogue est devenu maintenant une source de problème pour quelques uns qui se voient gratifier de toutes sortes d’insultes sans pour autant pouvoir agir ou porter plainte. Pis encore, les jeunes n’utilisent même plus de pseudonyme pour attaquer les autres. Ils le font avec tout le «courage» du monde parce qu’ils savent pertinemment qu’ils ont «l’immunité», comme en témoigne Charaf Bén Chikh : «Il n’y a pas plus facile que d’insulter une personne sur facebook. Il suffit de créer une page ou de partager un texte ou une vidéo pour que tout le réseau la reprenne, et là ça devient toute une propagande contre la personne attaquée. C’est l’effet boule de neige de facebook. Même les célébrités ne sont pas épargnées; on voit toujours des pages du genre «Boycottez X».
Porter atteinte à autrui est devenu monnaie courante sur facebook; une solution radicale est plus que nécessaire afin de mettre fin à ces pratiques. L’application en elle-même propose une solution temporaire. La personne attaquée peut signaler le profil de son agresseur pour abus. Les administrateurs du site étudient la plainte et peuvent bloquer et même bannir l’auteur de l’outrage. Cependant, créer un autre profil est simple comme bonjour.
Actuellement, il n’y a pas un texte de loi qui gère ce genre de conflits virtuels bien que le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur.
Comme tous les TIC, le facebookeur offre des applications qui facilitent la vie aux individus et aux professionnels, mais offre également la possibilité de les utiliser à des fins «illégales». Le civisme et le respect d’autrui sont les mots d’ordre pour rompre avec ces pratiques.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com