Selon une étude sur les dépenses des ménages : 80% des Tunisiens planifient leur budget





Comment font les Tunisiens pour assumer les dépenses générées par la succession des grands événements  de consommation? L’institut National de la Consommation a mené l’enquête auprès des populations du Nord-ouest du Centre et des régions côtières.
Ramadan, Aid El Fitr, la rentrée scolaire, mais aussi les vacances estivales, les fêtes de mariages, les soldes : six occasions qui se bousculent dans une période ultra serrée de deux mois d’été pour donner du fil à retordre aux familles tunisiennes. Cette intersection de grands événements de consommation, qui doit se répéter au cours des six prochaines années, fait exploser les dépenses des ménages en Tunisie à l’instar des autres pays arabo-musulmans. Pour voir comment réagissent les ménages tunisiens à cette succession d’événements, l’Institut National de la Consommation (INC) a ainsi, mené une enquête de terrain dont les résultats ont été présentés hier lors d’un atelier de travail organisé à Tunis.
L’enquête a ciblé un échantillon composé de 1050 personnes représentant les habitants des gouvernorats du Nord-ouest, du centre et des régions côtières. Les personnes interviewées qui déclarent être pères ou mères de famille auxquels revient la responsabilité des dépenses.
L’objectif de l’enquête consiste, d’après M. Ali Gharbi, directeur général de l’INC, à examiner la manière par laquelle les Tunisiens réagissent à l’enchaînement des rendez-vous de grandes consommations qui pèsent sur les bourses des ménages par les dépenses inhabituelles. Selon lui, la multiplication des postes de dépenses qui atteint son summum durant les grands événements est un résultat attendu de la modernisation du domaine du commerce à travers l’introduction des nouvelles techniques de marketing et de distribution. Ce qui a poussé les Tunisiens à adapter leurs habitudes de consommation à cette nouvelle donne commerciale. En grand connaisseur du comportement des consommateurs tunisiens grâce à sa longue expérience au sein du ministère du Commerce, le directeur de l’INC a indiqué que le sondage effectué par son institution vise à fournir une analyse statistique du comportement dépensier chez les Tunisiens, loin des préjugés et des constats préétablis. La question posée était simple : comment les Tunisiens parviennent-ils à subvenir à tous les besoins de dépenses relatifs aux six événements précités.
Les résultats de l’enquête qui ont été, à la même occasion, présentés et analysés par des spécialistes du commerce, d’économie et de psychologie, sont venus montrer que pendant ramadan les Tunisiens ont tendance à planifier leur dépenses et à raisonner leur achats, contrairement à ce que beaucoup pensent. Ce constat noté par M. Fathi Nouri, économiste et enseignant à l’École supérieure des sciences de l’économie et du commerce (ESSEC) de Tunis, est statistiquement prouvé puisque environ 80% des personnes interviewées disent planifier leur budget durant cette période marquée par la multiplication des événements. «C’est un résultat qui vient démentir les conclusions arbitraires qu’on a tendance à faire sur les Tunisiens», estime l’économiste. Les statistiques montrent en effet que le Tunisien adopte un comportement responsable si on le compare avec d’autres consommateurs d’autres pays. M. Nouri considère par ailleurs qu’il faut absolument faire la nuance entre le «citoyen tunisois» et le «citoyen tunisien» en évoquant la frénésie d’achat qui s’empare des grandes surfaces à l’événement de ramadan. «Les Tunisiens ont certes adopté des habitudes dépensières qui dépassent leur pouvoir d’achat mais ils demeurent rectifiables», pense-t-il.


Hassan GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com