Ramadan et les célébrités : Chiheb Ellili : La religion et la famille avant tout





L’entraîneur de l’ESZ ne change pas ses habitudes pendant le mois saint, sauf qu’il fréquente un peu plus les mosquées.
Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt est un principe pour Chiheb Ellili, un matinal né. La grasse matinée et lui, cela fait deux. «Je me lève-tôt d’habitude ; idem pendant Ramadan. En fait je ne suis pas fan des soirées, donc je me couche tôt et forcément je me lève tôt. En plus, ma fille ne me laisse pas dormir», affirme-t-il.
Avant de gagner les entraînements de son équipe, il passe sa journée plongé dans ces dossiers. «J’aime mon travail et j’essaie de le faire à la perfection. J’étudie tous les jours le programme des entraînements minutieusement», dit-il.
Quand il n’est pas à l’entraînement, Chiheb Ellili ne se fait pas prier pour faire les courses et aider sa femme dans les tâches ménagères ; une habitude qu’il garde pendant le reste de l’année. L’esprit d’équipe semble être un principe pour lui.
Chiheb Ellili n’a pas réellement de préférences spéciales pour la nourriture pendant Ramadan, sauf pour la soupe qu’il consomme sans modération comme il en témoigne : «Je ne suis pas exigeant au contraire, je suis l’homme le plus facile à combler, heureusement pour ma femme. Je mange n’importe quoi pendant la rupture du jeûne, mais j’avale deux à trois bols de soupe. J’adore la soupe. J’adore aussi boire du lait caillé et manger des dattes ; ils ont un autre goût pendant ce mois saint».
Aussitôt la rupture du jeûne terminée, il prend la direction de la mosquée pour la prière de « tarawih » ; une pratique qu’il n’abandonne pour rien au monde. «Je ne rate pas la prière de « tarawih » coûte que coûte. Je vais à la mosquée pour prier comme d’habitude. Pendant Ramadan je deviens un peu plus spirituel ; je lis beaucoup de versets de Coran pendant la nuit avant de dormir», assure-t-il sur un ton plein de dévotion.
Concernant ses soirées, Chiheb Ellili les passe chez lui en compagnie de sa famille. «Je suis plutôt casanier comme personne. Je n’aime pas trop les cafés, je préfère passer mes soirées avec ma famille», dit-il.
Ellili n’est pas fan des feuilletons. En plus, avec la prière de «tarawih», il ne peut pas regarder les sitcoms. «La valeur de la télé pendant Ramadan est juste après la rupture du jeûne. Moi je suis privé de cela vu que je gagne aussitôt la mosquée. En plus je n’aime pas trop les feuilletons qui nécessitent qu’on suive tous les épisodes. En tant qu’entraîneur je cherche plutôt les programmes sportifs», affirme-t-il.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com