Consultation nationale autour du livre et de la lecture : Toutes les structures concernées à pied d’œuvre





La consultation nationale autour du livre et de la lecture, entamée tout au long
de l’année 2009 vient de faire son bilan....
Une conférence de presse s’est tenue hier au ministère de la Communication. Elle a été consacrée à la concrétisation des recommandations présidentielles concernant l’élaboration d’un plan national de mise à niveau de la lecture chez les jeunes Tunisiens. Il s’agit du discours prononcé par le Chef de l’Etat le 25 février dernier à l’occasion de la Journée nationale de la culture. Durant son discours, le Président Ben Ali a invité le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, le ministère de l’Education et le ministère de la Communication à collaborer, chacun en ce qui le concerne, en vue de concevoir les meilleures formules permettant de motiver davantage les élèves à la lecture.
Hier, durant ladite conférence, le ministre de la Communication a insisté sur l’importance de la collaboration entre les différentes structures concernées pour arriver à préserver le rôle du livre comme étant un facteur essentiel de la formation de notre société, du développement de ses connaissances et de l’approfondissement de sa culture. Des responsables relevant des trois ministères concernés et des représentants des différents supports médiatiques étaient présents. Les interventions ont dénoncé plusieurs failles dans «la culture de la lecture» chez nos jeunes et moins jeunes. M.Ridha Najjar, coordinateur de la consultation nationale autour du livre et de la lecture était présent pour relever les résultats d’une enquête lancée par le ministère de la Communication dans ce cadre. Selon lui, les raisons de la rupture entre nos jeunes et la lecture sont multiples. «La tarification assez chère des livres et le manque d’incitation de la part des parents et des éducateurs ont fait que nos jeunes sont loin d’aimer un livre ou un recueil» explique M. Ridha Najjar. Il a ajouté que les librairies n’ont plus leur charme d’antan et n’arrivent plus à séduire les jeunes.
De son côté M. Oussama Romdhani, ministre de la Communication a souligné le rôle majeur de la presse et des médias audiovisuels en matière de sensibilisation. Il a ajouté que la généralisation de l’enseignement et le taux élevé d’alphabétisation constitue un catalyseur incitant les jeunes à lire d’avantage. «Ceci dit, une mise à niveau s’impose pour inciter ce large public de lecteurs à lire et profiter de différentes publications tunisiennes et étrangères», note le ministre.
Il convient de signaler que cette conférence sera suivie d’autres qui seront marquées par la présence des représentants des supports médiatiques privés et des maisons d’édition.


S.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com