Feuilleton : Youssouf al Afif (19) : L’interprétation qui sauve l’Egypte





Tout le monde tomba sous le coup de la plus incommensurable des surprises car il était soudain devenu clair que par la force de l’interprétation du rêve du pharaon, Youssouf venait de sauver l’Egypte ! En prédisant ainsi que l’Egypte passera par sept années fastes puis par sept années de sécheresse, annonçait certes un désastre mais donnait également le temps au pays de constituer la réserve qui lui permettrait de survivre.
Le temps gagné et l’anticipation de la calamité. Voici le cadeau fait par Youssouf à l’Egypte ; une évidence qui s’imposa aussi bien aux gens de la cour qu’au pharaon en personne. Sa décision fut prise. Il envoya ses gens le quérir là où il se trouvait encore : la prison. Mais Youssouf dit à l’émissaire : «Retourne auprès de ton maître et demande-lui : quelle était la raison qui poussa les femmes à se couper les mains?»
Le pharaon commanda une enquête rapide et bien vite tous les éléments étaient en sa possession : la séduction avortée, la tunique déchirée par derrière, les commères qui se coupent les mains, la prison malgré tout ! Il réalisa bien vite par quelles injustices Youssouf était passé avant de s’illustrer par le décodage du rêve impénétrable du pharaon.
Un tel talent pouvait être d’une très grande utilité au pharaon qui était maintenant résolu à une juste compensation qui efface les inconséquences d’une telle duperie où beaucoup étaient impliqués, y compris au sein de la propre maison de son ministre.
«Amenez-le moi ; je me le réserve pour moi-même», commanda le pharaon qui ne voulait laisser à personne d’autre le soin de parler à Youssouf pour recueillir son sentiment à propos de toute cette histoire qui n’a que trop duré et lui demander de déterminer de quelle manière il souhaiterait être compensé. Pour le rassurer et pour lui faire comprendre qu’il avait vraiment la latitude de choisir, le pharaon dit à Youssouf : «Tu es dès aujourd’hui près de nous, en une position d’autorité et de confiance».
Youssouf comprit tout de suite que l’offre était réelle et le Seigneur lui inspira de profiter de l’occasion pour prétendre au poste que l’on nommerait aujourd’hui ministre de l’économie : «Assigne-moi les dépôts du territoire ; je suis bon gardien et connaisseur». Car là était le poste de confiance qui permettrait à son détenteur de peser sur la juste répartition de la richesse.
(A suivre…)


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com