Ramadan et les célébrités : Riadh Nahdi : «Pour moi, Ramadan a le goût du Kef…»





Avec son nouveau one man show «Sauf résidents», le comédien Riadh Nahdi semble vivre un Ramadan pas comme les autres…
* Ramadan coïncide avec la saison estivale, celle des déplacements et des représentations, comment l’avez-vous vécu ?
- Vous avez tout à fait raison. Le mois saint renferme cette année un goût spécial pour les artistes qui ont des engagements liés à la saison estivale. Pour moi, j’ai dû passer plusieurs soirées ramadanesques loin de chez moi et il m’est même arrivé de rompre le jeûne en route avant d’arriver à destination . Je me souviens d’une journée où on s’est trouvé à  «Teboursouk» au moment de la rupture de l’Iftar. Fatigués après de longues heures de conduite et de jeûne, nous avons cherché un restaurant pour dîner mais c’était mission impossible. Il y avait un vendeur des «zlabia» qui venait dîner dans sa boutique. Nous étions huit personnes et pour cela nous n’avions pas pu répondre oui à l’invitation du vendeur mais nous avons eu l’idée d’acheter des «zlabia» pour ne pas crever de faim. En contrepartie, je me sens très content après le succès de ma pièce écrite et mise en scène par Moez Toumi.
* De quoi parle «Sauf résidents» ?
- La pièce raconte l’histoire d’un agent de sécurité qui travaille dans un quartier chic et surveille un immeuble de 10 étages situé en face du siège de la Ligue Arabe. Cet homme raconte son quotidien ponctué par les histoires des habitants et de leurs amis qui appartiennent à un monde qui lui est étranger, alors que sa vie à lui se limitait au travail et à la prière.
Bref, nous avons essayé d’évoquer un mode de vie spécifique à une catégorie sociale en Tunisie et sa différence avec le reste de la population.
- Et loin du one man show, comment passez-vous vos journées ramadanesques ?
- Durant la période de juin et juillet, j’ai consacré tout mon temps à mon nouveau one man show. Ceci dit, j’ai pas eu le temps d’aller à la plage dont je suis un grand amoureux. Depuis le jour J du mois saint, j’ai décidé de ne rater aucune occasion pour aller passer presque toute ma journée du coucher au lever du soleil au bord de la mer et loin du stress du travail et de la routine de tous les jours.
A mon retour, je prends une petite douche et je gagne la table du dîner. A vrai dire, je ne suis pas gourmand durant le mois de jeûne, mais si jamais le menu contient du poisson ou des «jelbana» (petit pois), je déroge tout de suite à la règle.
* Et lorsqu’il n’y a pas de représentation de «sauf résidents» ?
- Pour mes soirées de Ramadan, la famille vient en tout premier lieu, j’essaye de passer ma soirée entouré de ma famille . Les lundis, ils sont destinés à ma région, mon petit cœur «Le Kef». Franchement, le Ramadan a un charme spécial au Kef et les Kéfois ne peuvent pas ne pas s’y rendre au moins deux ou trois fois durant le mois saint. En troisième lieu, je suis mordu des soirées de tarab et de chants soufis durant Ramadan. Par suite, j’essaye d’assister à quelques soirées spirituelles ou d’aller voir une bonne pièce de théâtre.


Entretien réalisé par :
Samah MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com